Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : jean-pierre faye

Tags relatifs

Dernières notes

Jaroslav Seifert (1901-1986), Sonnets de Prague

    Sonnets de Prague, XIII   Tout cela qui pèse sur mon cœur quand la honte habituée aux haillons vient se parer comme un beau mensonge pour nous parler de la conscience   quand le monde glisse et que le vertige nous mène presque au bord de l’abîme quand le mot patrie devient la risée et quand la canaille partage la proie   quand...

Publié le 16/10/2019 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

EVERYTHING IS POLITICAL ❘ 9. LES NOUVEAUX ITINERAIRES

Nous abordions l’étroite rue Visconti qui n’était pas encore livrée aux boutiquiers d’art lorsque Jean-Pierre Faye nous demanda le sens du titre que l’on avait choisi. Tout enragés que nous étions, il n’était pas facile de rétorquer au proche ami de Gilles Deleuze , à l’ennemi de Philippe Sollers . Surtout, on ne pouvait embrouiller l’auteur de Langages...

Publié le 16/08/2009 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

EVERYTHING IS POLITICAL ❘ 6. JEAN-PIERRE FAYE

  Au cinéma, c’est Dirk Bogarde . En première page de Commencement d’une figure en mouvement *, le livre de conversation avec Philippe Boyer , un cliché noir et blanc prétend représenter Jean-Pierre Faye mais nous croyons voir le Portier de nuit de Liliana Cavani . Cette ressemblance ne nous quitte jamais. C’est pourquoi il m’est si difficile...

Publié le 05/08/2009 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

EVERYTHING IS POLITICAL ❘ 5. LA RUPTURE, L'ECART

  La révolution, nous n’avions pas abandonné ce mot, on la plaçait, comme un espoir, dans ce que Jean-Pierre Faye et son collectif appelaient alors l’archipel du change. Nous progressions, par conséquent, vers un plus grand changement ayant pour objet la langue, objet automultiplicatif. C’en était fini du dépiècement, de la mise en lambeaux de la langue...

Publié le 02/08/2009 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

Nihil novi ?

L’histoire cachée du nihilisme. Jacobi, Dostoïevski, Heidegger, Nietzsche Jean-Pierre Faye et Michèle Cohen-Halimi La Fabrique, 2008   (par Frédéric Saenen)   Ne désignant à proprement parler ni un dogme religieux ni une idéologie politique, le philosophème « nihilisme » méritait de faire l’objet d’une histoire sémantique. Voilà qui est...

Publié le 24/10/2008 dans Sitartmag par sitartmag | Lire la suite...

GENEVIEVE CLANCY

Geneviève Clancy❘Philippe Tancelin❘Jean-Pierre Faye Stéphanette Vendeville "Ce qui s'annonce alors deviendrait mouvement du change des formes. Et ce qui entrait dans ce devenir sera l'annonce d'une narration nouvelle. A laquelle Mitsou Ronat va donner le nom paradoxal et provisoire de "l'épique abstrait". Non pas l'emboîtement du récit dans le récit, chose faite dès...

Publié le 27/09/2007 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

COLLECTIF CHANGE ❘ FAIRE PART

  Mon coeur bat à l'évocation de certains mots : La Délirante de Fouad El-Etr. Exit de Patrice Delbourg, Jean-Marie Gibbal, Olivier Kaeppelin. L’Humidité de Jean-François Bory. Le Nouveau Commerce d’André Dalmas et Marcelle Fonfreide. Phantomas du chimiste Théodore  Koenig. TXT de Christian Prigent et Jean-Luc Steinmetz. L’Énergumène...

Publié le 24/09/2007 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

JEAN-PIERRE FAYE ❘ NICOLAS SARKOZY ❘ RENE VIENET

  JEAN-PIERRE FAYE L'appropriation par Nicolas Sarkozy des figures de la grande révolte ( Jean Jaurès , Victor Hugo , Emile Zola dreyfusard...) nous renseigne sur les capacités narratives du rhéteur dans l'exercice du détournement (procédé employé par Marcel Duchamp puis généralisé par René Viénet , l'un dadaïste, l'autre situationniste) et de la...

Publié le 13/06/2007 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

DANIELLE COLLOBERT

De Morlaix où je vis, il me vient des signes de Danielle Collobert qui fut. Non loin. Amie du verbe sans surplus. Immédiate. Rapide. Jean-Pierre Faye, ni dieu ni maître absolu. Je le connus rue de Seine, dans l'étroit bureau qui abritait le revue Change. Egalement au café La Palette. Chez lui, rue Vaneau. Je connus le bonheur d'apprendre...

Publié le 02/06/2006 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

Page : 1