Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : georges perec

Tags relatifs

Dernières notes

”36 traversées d'aubes crépusculaires”, ou 36 fragments poétiques miniaturisés...

La mort n’a rien d’illimité. Le hasard est toujours pour nous —  Ce sont toujours les autres qui meurent.              Guy Lévis Mano   36 choses à faire avant de mourir, pré#carré éditeur ( Hervé Bougel ). Ou une collection de textes minuscules (mais pas tellement plus... que bien d’autres poèmes…). Au départ, une idée oulipienne de...

Publié le 28/06/2019 dans Trames nomades par MCSJuan | Lire la suite...

Danser et aimer parmi les survivants

Hans Jonas se demandait s’il était possible de croire en Dieu après Auschwitz ( Le Concept de Dieu après Auschwitz , éd. Rivages, 1994). Le récit de Marceline Loridan-Ivens pose cette autre question : peut-on aimer après avoir été déporté ? Et surtout comment aimer ? C’est le thème de son témoignage, L’Amour après (éd. Grasset). Un petit mot d’abord sur cette auteure dont...

Publié le 21/02/2018 dans Bla Bla Blog par Bruno Chiron | Lire la suite...

Georges Perec, « La disparition »

au Moulin d'Andé, où Georges Perec écrivit La disparition. DR   « Anton Voyl n’arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt. Il poussa un profond soupir, s'assit dans son lit, s’appuyant sur son polochon. Il prit un roman, il l’ouvrit, il lut ; mais il n’y saisissait qu’un imbroglio confus, il butait à tout instant sur un mot dont il ignorait la...

Publié le 10/08/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Georges Perec, La belle absente

                                                    La belle absente                          1  ...

Publié le 10/07/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Georges Perec, La clôture et autres poèmes

                                                          Un poème   Est-ce que j’essayais d’entourer ton poignet avec mes doigts ?   Aujourd’hui la pluie strie l’asphalte...

Publié le 23/05/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

GEORGES PEREC DANS LA PLÉIADE

A peine apprends-je que Georges Perec entre dans la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard) que voilà le coffret de deux volumes installé sur mes rayons. Et qui plus est accompagné de l’Album de l’année de la collection, consacré à Perec par un de ses plus grands connaisseurs, c’est-à-dire par l'excellent et Lyonnais Claude Burgelin. Je ne dis pas "connaisseur" par hasard :...

Publié le 22/05/2017 dans ALEXIPHARMAQ... par fredlautre | Lire la suite...

Georges Perec, Un homme qui dort

                                                           Il fait nuit. De rares voitures passent en trombe. La goutte d’eau perle au robinet du palier. Ton voisin est silencieux, absent peut-être ou mort déjà. Tu es étendu, tout habillé, sur...

Publié le 27/01/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

LA VIE DANS LA VITRE APRÈS LA FERMETURE

Le Chesterfield. Photographie Frédéric Chambe. « Ce ne sera pas vraiment la fortune. Ils [Jérôme et Sylvie]  ne seront jamais présidents-directeurs-généraux. Ils ne brasseront jamais que les millions des autres. On leur en laissera quelques miettes, pour le standing, pour les chemises de soie, pour les gants de pécari fumé. Ils présenteront bien. Ils seront bien logés, bien...

Publié le 01/12/2016 dans ALEXIPHARMAQ... par fredlautre | Lire la suite...

Georges Perec, W ou le souvenir d'enfance

                       Photo André Perlstein      Une autre fois, il me semble qu’avec plein d’autres enfants, nous étions en train de faire les foins, quand quelqu’un vint en courant m’avertir que ma tante était là. Je courus vers une silhouette vêtue de sombre qui, venant du collège, se dirigeait vers nous à...

Publié le 26/09/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

En feuilletant Jacques Roubaud

   Je ne suis pas particulièrement spécialiste de l'Oulipo, même si j'ai une grande admiration pour Queneau ou Georges Perec. Je crois que leur grandeur réside entre autres dans le fait qu'on peut les lire sans être trop conscient de la contrainte  oulipienne qui est à la source de leur inspiration. Je viens d'en faire l'expérience, à nouveau, avec un autre grand...

Publié le 26/05/2016 dans Le blog de... par Jacques-Emile Miriel | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant