Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : georges braque

Tags relatifs

Dernières notes

A tire d'Aile

  Mon terrier n'est pas loin d'une volière géante Les oiseaux prennent le dessus Je le sens bien Un bec  est venu déchirer à l'aube Le rêve de cette  nuit J'étais une ortie bleue Parmi d'autres Serrées sous le vent Nous étions des milliers Au ras des prés Autour de nous Des ruines de maisons inconnues Des serpes, des paniers vides...

Publié le 03/04/2020 dans La renouée... par Paola Pigani | Lire la suite...

Georges Braque, Le jour et la nuit

                                           Ne jamais adhérer.   Chez ceux qui ont le culte d’eux-mêmes, les convictions remplacent la foi.   Contrarions les vocations.   Le profil contre la silhouette, l’évolution contre le progrès.   Tous...

Publié le 04/05/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Mme AZOULAY, MODIFIEZ VOTRE CABINET, NE LE CONSOLIDEZ PAS !

            Depuis une trentaine d’années semble-t-il, les dirigeants politiques ont contracté la manie de saluer la disparition de n’importe quelle personnalité par une pluie d’hommages. Dans les heures qui suivent sa mort, le Président de la République, le Premier ministre, le ministre de la Culture (ou des Sports, ou d’un autre ministère concerné), les chefs...

Publié le 25/08/2016 dans Dernière gerbe par Le déclinologue | Lire la suite...

Georges Braque, Le jour et la nuit

                                 Ceux qui viennent par derrière : les purs, les intacts, les aveugles, les eunuques.   Il ne faut pas imiter ce que l’on veut créer.   Ceux qui vont de l’avant tournent le dos aux suiveurs. C’est tout ce que les suiveurs méritent.   L’Art...

Publié le 14/02/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Ailes

      Georges Braque (1882-1963), L'Oiseau sur fond violet (1962), détail, réplique du vitrail de la chapelle Saint-Bernard de la fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence, exposition "Chagall, Soulages, Benzaken... Le vitrail contemporain", au palais de Chaillot, Cité de l'architecture et du patrimoine, à Paris XVI, photographie : juillet 2015.    ...

Publié le 15/11/2015 dans Les Lettres... par Frédéric Tison | Lire la suite...

Georges Braque, Le jour et la nuit

                   En art, il n’y a pas d’effet sans entorse à la vérité.                                 * Contentons-nous de faire...

Publié le 27/06/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Georges Braque, Le jour et la nuit, carnets 1917-1952

                           Nous n’avons jamais de repos : le présent est perpétuel.   En art, il n’y a pas d’effet sans entorse à la vérité.   Le peintre pense en formes et en couleurs ; l’objet, c’est la poétique.  ...

Publié le 11/02/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Exposition Georges Braque mardi 11 juin 2013

La Bibliothèque Armand Salacrou ouvre sa réserve pour nous faire découvrir les traces de Georges Braque au Havre. Peu de temps après sa naissance en 1882, Georges Braque a vécu au Havre. Il y a passé son enfance, suivant les cours de l'Ecole des Beaux Arts avant de devenir l'artiste de renommée mondiale. Il est en effet, avec Pablo Picasso, l'un des initiateurs du cubisme....

Publié le 04/06/2013 dans Je vis au... par Alexandre Cauchois | Lire la suite...

Après tout

Un oubli, (ou des oublis ?) vu hier sur le mur qui se trouve être le mien. Tel un adage... Gris de facture qui se lit comme la boule de cristal. Sous les yeux, notre lot. Murs jalonnés de signes aux instants où l'on prierait presque pour ne pas les rencontrer. Où à tant de questions posées, ne subsistent que de vagues doutes sur la nécessité de poursuivre la promenade. Que cherchons nous...

Publié le 22/01/2009 dans Certains jours par Frasby | Lire la suite...

Lettera Amorosa

" (...) Nos paroles sont lentes à nous parvenir, comme si elles contenaient, séparées, une sève suffisante pour rester closes tout un hiver ; ou mieux, comme si, à chaque extrémité de la silencieuse distance, se mettant en joue, il leur était interdit de s'élancer et de se joindre. Notre voix court de l'un à l'autre ; mais chaque avenue, chaque treille, chaque fourré la tire à lui, la...

Publié le 23/09/2008 dans Certains jours par Frasby | Lire la suite...

Page : 1