Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : estime-toi heureux

Tags relatifs

Dernières notes

À la fenêtre la nuit d'été

Tard dans la nuit d'été, la fenêtre de ma chambre s’ouvre sur un monde secret qui n’a pourtant rien d’extraordinaire.   La rue devient-elle étonnante parce que les gens dorment ?   Dans l’ombre, plus personne ne s’inquiète du chat noir qui traverse entre deux lampadaires, il a même toute sa place au moins jusqu’à l’aube laborieuse des superstitieux.   Je vois...

Publié il y a 7 heures dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Au parc

Il fait trop chaud, se plaint quelqu’un que je ne vois pas, non loin du kiosque à musique vide où les feuillages envoient des ombres dansantes.   Le ciel est si vaste que les bancs publics semblent y flotter comme dans la mer.   Eau non potable est-il écrit sur la fontaine qu’il suffit d’écouter pour se rafraîchir.   L’été est la saison où l’on habite l'immense...

Publié il y a 2 jours dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Le cycle du papillon de nuit

Image C.C-E Tout alla très vite et avec grand mystère   On eut peur on éclata de rire   On donna et reçut de rapides baisers   On rata le début et la fin   On dormit quand il fallait veiller et l’on veilla quand il fallait dormir   On ne comprit pas grand-chose et tout se prépara à redevenir comme avant mais avant quoi ?  ...

Publié il y a 4 jours dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Le tilleul

La lune boit, dit-on, quand il va pleuvoir mais ce n’est qu’une averse et entre deux nuages, on la voit se faufiler dans l’arbre de l’été. C’est le tilleul qui dans la brève nuit se recoiffe avant d’entrer tout frais par la fenêtre ouverte pour veiller au bon sommeil qu’il se plaît à parfumer d'un geste calme.   Extrait de mon recueil Estime-toi heureux © éditions...

Publié il y a 8 jours dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

La grande traversée

Les poèmes sont des bateaux en papier   Des enfants mais aussi des adultes sérieux les envoient naviguer dans les bassins des parcs municipaux   Comme les caravelles ils connaissent la vaste aventure de toute traversée   L’employé qui nettoie les bassins est mécontent de cette habitude salissante   mais il accroche de sa perche bien d’autres débris que...

Publié il y a 10 jours dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Le temps, ce petit farceur

Enfant on me disait prends ton temps adolescent tu as bien le temps   Alors je me suis installé dans la patience comme dans un fauteuil bancal   Un fauteuil bancal reste un fauteuil J’ai manqué des trains et des rendez-vous   Et voilà que sur le tard moi qui n’ai jamais couru il m’arrive parfois de me surprendre en homme pressé  ...

Publié il y a 27 jours dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Dans l'instant

Photo © M-C Caredda   Empressé ou patient fragile et lumineux comme un coquelicot chaque poème avec audace se dédie aux grands jours   (Texte de quatrième de couverture d'un de mes recueils) ©   Club littéraire des amateurs de cigares, 2020. Tous droits réservés.  ...

Publié le 04/06/2020 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Saudade

Sous la lampe bleue où vivent la nuit mes rêves éveillés   j’entends au loin la rivière qui fait briller les truites au clair de lune   Même au grand jour elles ne fuient pas sous mes yeux où elles peuvent aussi dormir et nager à loisir et sans crainte   car mon regard est parfois si las que tous les ruisseaux et tous les fleuves du monde peuvent s’y engouffrer...

Publié le 19/05/2020 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Ombre élastique au petit matin

Mon ombre ne rassure que moi   On dit que ceux qui errent sans elle ne savent qu’ainsi leur infortune de spectres chagrinés et perplexes   et je vois bien la mienne hésiter entre chien et loup sur les pavés de vieilles villes aux tramways hantés   sans comprendre pourquoi elle aussi voudrait s’étirer comme un élastique et claquer d’un coup sec   tel...

Publié le 09/03/2020 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Jour de bilan

Terne et lourd comme cet empilement de bûches je ressemble à mon tas de bois quand je fais le bilan Certaines donneront de bonnes flammes vives et réconfortantes d'autres déjà grises à raviver sans cesse charbonneront sans éclairer et sans chauffer Avant était pourtant un arbre qui plongeait dans le ciel et s'étendait dans l'air comme un nageur dans l'océan  ...

Publié le 30/05/2018 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Page : 1 2 3 Suivant