Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : emmanuel hocquard

Tags relatifs

Dernières notes

Pascal Quignard, « Sur le caractère garamond dans lequel est composé ce livre »

Emmanuel & Pascal lisant Inter aerias fagos , le 17 mars 2011, à la Maison cantonale de Bordeaux-Bastide, à l’initiative de Permanences de la littérature. Photo © Claude Chambard     « Claude Garamond possédait une très étroite maison sur la rive gauche de la Seine. L’entrée de la maison donnait rue des Grands-Augustins. Mais l’avancée en bois du...

Publié le 05/11/2020 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Claude Esteban, Trois pages de « L’insomnie, journal »

DR   «  Corridors Qu’on ne ferme pas la porte durant la nuit.   Non, s’il vous plaît. Pas même si le vent caille en pierre fine,   en air irrespirable, en poumon gris.   Non. Il se peut qu’une tête s’approche, le chignon d’une femme, une virtualité.   Laissez-la venir. Qu’elle passe et qu’elle se perde,...

Publié le 26/05/2020 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Emmanuel Hocquard, « Élégie 5 – IV »

© : Claude Royet-Journoud     « Pour toute chose, nous eûmes les mêmes yeux :    le jardin d’autrefois et celui d’aujourd’hui,    le jardin immobile. Nous avançâmes au milieu de ce qui porte un nom    et que nous avions appris à nommer ; Nous progressâmes dans les livres    au milieu de ce que nous...

Publié le 11/04/2020 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Emmanuel Hocquard, « Le cours de Pise »

  « Faire cours ? Lorsque j’ai commencé, je savais ce que je ne voulais pas faire mais je n’avais encore qu’une vague idée de ce que j’allais faire. J’ai appelé ce cours Langage et écriture , en précisant bien ce que j’entendais, en l’occurrence, par langage : le langage ordinaire, le langage que nous pratiquons tous quotidiennement et comme “spontanément”. Or, ce...

Publié le 15/03/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Emmanuel Hocquard, « Ma vie privée »

DR   « 18. Quand j’étais petit, je recopiais des livres entiers ou des passages entiers de livres que j’envoyais à mon amie. J’aurais pu lui envoyer les livres, mais je lui envoyais des copies, écrites de ma main, des livres que j’aimais. Si je lui avais envoyé les livres, je lui aurais envoyé de la littérature. Telle ne devait pas être mon intention. Mon intention devait...

Publié le 11/04/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Emmanuel Hocquard, « Ce qui n’advint pas »

DR   « LA DESTRUCTION D’UNE VILLE   j’ai construit une ville de sable    de marbre d’eau                                   à l’embouchure du fleuve Élégie 7   Chacun des...

Publié le 18/10/2016 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Joseph Simas, « Premières leçons de lecture »

  « Cher Lecteur : personne ne se soucie de ce que j’ai fait hors page – à juste titre – et je serai le dernier à reconnaître que la profondeur de mon expérience me rend digne de tes efforts présents. Évidemment, on pourrait argumenter – mais dans quel but ? et à quoi bon ? Ma vanité est déjà bien lotie dans l’intimité : pourquoi chercherais-tu à me percer à...

Publié le 20/12/2014 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Emmanuel Hocquard, Raquel, « Du 1er janvier »

  « Les champs décolorés et la chaleur aussi paraissaient sans limites.     Sans violence. Jour après jour. Fixant la contrée dans ses habitudes et son isolement. Comptant les pas.     C’est un murmure loin de l’été.   Dans le froid, un petit feu qui réchauffe mal.     Quand on va tomber de sommeil, le...

Publié le 22/02/2014 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Emmanuel Hocquard, ”Les Coquelicots”

des espaces qui ne communiquent pas   Un jour, enfant, au cours d’une promenade estivale dans la campagne en fin d’après-midi, j’ai vu des coquelicots en bordure d’un champ, au bout d’une petite route, quelque part entre la Villa Harris et le Cap Malabata.   En dépit de sa banalité, l’impression que m’a laissée cette vision est l’une des plus fortes qu’il m’ait jamais...

Publié le 08/05/2011 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Page : 1