Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : antonio tabucchi

Tags relatifs

Dernières notes

Antonio Tabucchi, Les oiseaux de fra Angelico

                                        Message de la pénombre      La tombée de la nuit est soudaine sous ces latitudes ; le crépuscule éphémère ne dure que le temps d'un soupir, puis laisse place à l'obscurité. Je ne dois vivre que pendant ce bref intervalle ;...

Publié il y a 19 jours dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Lisboa pour oublier

  Aïe Italia Porco can' aurait dit mio padre en apprenant les résultats des élections là-bas. L'écrivain Jérôme Leroy se lâche .  Je le remercie pour son billet:   On vote en Italie. Serge Quadruppani vous expliquerait mieux que moi que l’Italie a toujours été un laboratoire du capitalisme qui expérimentait dans ce pays les formes politiques inédites qui pouvaient le...

Publié le 05/03/2018 dans La renouée... par Paola Pigani | Lire la suite...

Antonio Tabucchi, Petits malentendus sans importance

                                              Rébus   Cette nuit j'ai rêvé de Myriam. Elle portait une long vêtement blanc qui ressemblait, de loin, à une chemise de nuit ; elle marchait sur la plage, les vagues étaient immenses, effrayantes, et se brisaient en...

Publié le 06/10/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Antonio Tabucchi, Les trois derniers jours de Fernando Pessoa

                                                                       Moi aussi j'ai oublié la mort      L'homme qui entra était un vieillard au noble visage,...

Publié le 14/09/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Andrea Bajani, « Me reconnais-tu ? »

© : Claude Chambard   « Comme disait le poète, la solitude de l’artiste est un numéro de cirque qui n’était pas prévu. Sous un chapiteau, des centaines de personnes qui retiennent leur souf fl e, le regard tourné vers un petit point. Les yeux des petits et aussi ceux des grands, redevenus enfants par la grâce de leur progéniture. Dehors, le monde. Dedans, au centre de la...

Publié le 08/04/2014 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Ne me laissez pas seul

"Ne me laissez pas seul parmi des personnes pleines de certitudes parce que c’est terrible." Antonio Tabucchi Julien Gracq (photo World press)

Publié le 09/09/2013 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Antonio Tabucchi, Les oiseaux de fra Angelico

                          Message de la pénombre      La tombée de la nuit est soudaine sous ces latitudes ; le crépuscule éphémère ne dure que le temps d'un soupir, puis laisse place à l'obscurité. Je ne dois vivre que pendant ce bref...

Publié le 01/06/2013 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Antonio Tabucchi : Pereira prétend

Offrez moi un livre, je vous en serai reconnaissant pour la vie, c’est ce à quoi je pensais quand j’ai reçu par la poste ce bouquin offert par Le Cercle de la Pléiade pour me remercier de ma « participation enthousiaste » à leur enquête sur leur collection. Après lecture je ne peux que les en remercier encore plus chaleureusement. Antonio Tabucchi est né en Italie en 1943....

Publié le 16/10/2012 dans Le Bouquineur par Le Bouquineur | Lire la suite...

Antonio Tabucchi (24 septembre 1943 - 25 mars 2012)

« ... et la vie était là, paisible, scandée par notre voisin le grillon, et cette nuit était la meilleure de toutes les nuits, parce que c’était une nuit liquide, semblable à la pulpe d’un abricot. »   Antonio Tabucchi   (Extrait de Message de la pénombre , dans le recueil Les oiseaux de Fra Angelico , éditions 10/18.)

Publié le 27/03/2012 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Carnet des carnets

Les carnets en ligne ne m’ont pas détourné des carnets de papier, sans doute parce que je ne peux renoncer à cette puérile habitude de coller au milieu de mes notes mes bagues de cigares et toutes sortes d’images et documents qu’il me plaît de retrouver des années après, comme cette belle photo de couverture du livre d’Antonio Tabucchi Il se fait tard, de plus en plus en plus tard (éditions...

Publié le 23/05/2011 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant