Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : albert marcoeur

Tags relatifs

Dernières notes

ALBERT MARCOEUR ❘ GUY BILLOUT

      Les suceurs de roue célérifères qui suivaient Albert Marcoeur en concert furent  proprement éberlués par le film de Nicolas Renou précédant les 23 pièces du set. Par une aubaine des dieux païens, l'ouvrage est visible sur commande. Le dessinateur Guy Billout auquel nous devons Il y a encore quelque chose qui cloche (Éditions Seuil/Crapule, 2002) est...

Publié le 28/09/2009 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

ALBERT MARCOEUR EN CINQ COUPS

  Photo Ptilou       Albert Marcoeur, album éponyme (Atlantic/WEA, 1974. Réédition Label Frères, 2001) La pochette de couverture  est due au claviériste François Bréant, devenu depuis le sideman de Bernard Lavilliers et de Enzo Enzo. Premier choc, la conception graphique est une variation sur le thème du détournement initié par le...

Publié le 04/09/2009 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

ALBERT MARCOEUR ❘ CAFE DE LA DANSE

  Albert Marcoeur , ah ! Albert Marcoeur, ah ! ah ! Ah ! Marcoeur Albert, ah ! ah ! Longtemps, cela fait longtemps que je suis l'homme et ses oeuvres Depuis 1974, il faut dire depuis qu'au Théâtre des Arts , je la trouvai bien belle, belle cette scène champêtre beau l'instrumentarium camouflé dans du bois bois de fût bois des...

Publié le 01/11/2008 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

Travaux

Un salut dominical à l’incomparable Albert Marcoeur , toujours bien entouré de ses frères, qui trace une drôle de route sur le chemin de la musique et de la chanson françaises. Assez loin, mais en apparence seulement, des explosions bouillonnantes et des délires de ses premiers albums au milieu des années 70, son nouvel opus appelé « Travaux Publics », faussement lisse, est un petit ovni...

Publié le 05/10/2008 dans MUSIQUES... par Denis Desassis | Lire la suite...

SOIREE PAMPLEMOUSSE ❘ MARY & LARRY TOURNELLE

  Jumeaux monozygotes, nés à Cancale, au milieu des années 1970, d'un père pêcheur et d'une mère agitée, Mary et Larry Tournelle forment un duo de cascades vocales pastichant les réclames radiophoniques d'autrefois et l'immarcescible Brigitte Bardot . Détournements farce et parodies d'événements mode situent l'ambiance faussement potache de leur premier album....

Publié le 27/06/2008 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

ALBERT MARCOEUR ❘ TRAVAUX PRATIQUES

Albert Marcoeur Plus profond, infiniment plus vaste, stellaire et interstellaire entre tous, le dixième album d' Albert Marcoeur marque un pas vers l'essentiel, un degré dans la gravité, une étape où le vocable métaphysique n'est pas de trop. Avec Travaux Pratiques , Albert Marcoeur englobe les maux de l'époque (du tabagiquement incorrect au paparrazisme des...

Publié le 11/06/2008 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

LETTRE D'ALBERT MARCOEUR

  LETTRE N° 23 English version here after (Translation : David Appleton) Le nouveau spectacle Marcoeur sera créé à Dijon les 12 et 13 juillet 2007. Il s'appellera " Travaux pratiques ". L'écriture est en phase terminale et les répétitions commenceront le 18 avril ( Eric THOMAS , Julien BAILLOD : guitares électriques / Albert, Claude et Gérard...

Publié le 27/03/2007 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

BUS 24 ❘ GUY BILLOUT/ALBERT MARCOEUR

      Celles et ceux qui ont assisté au Café de la Danse, en octobre 2004 et mars 2005, aux concerts d’Albert Marcœur se sont régalés les quinquets. Les 23 tracks mitonnés par les frères Marcœur étaient précédés d’un film 3D adapté du livre de Guy Billout (Harlin Quist Book, 1997), le très buzzatien BUS 24. Cette hiérophanie otoptique sur le thème de...

Publié le 11/07/2006 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

ALBERT MARCOEUR

      La nostalgie est toujours ce qu’elle était, merveilleusement affilée. Lisez Marc Villard, ses récits à la lampe de poche éclairent nos corridors tel un Proust actuel. La nostalgie, on voit bien qu’elle est restée intacte avec ses mots de passe et son trousseau de clés. Certains mots ouvrent des portes trop longtemps fermées. Des portes qui donnent sur de...

Publié le 02/05/2006 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

Page : 1