Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : alain borne

Tags relatifs

Dernières notes

Mon livre pèse

    Ce matin, mon boucher a soupesé mon steak avant de le jeter sur la balance. Il annonce 200 grammes tout rond. La balance lui donne raison. Un fortiche mon boucher ! Suis-je capable d'en faire autant ? Combien pèse le livre que je suis en train de lire ? Environ une livre. Drôle ça, un livre d'une livre ! Peser est chez moi une marotte. Quand j'habitais dans le Nord et que le...

Publié il y a 6 jours dans Geneviève... par andre | Lire la suite...

Un nouveau chapitre

Il était dix-huit heures, l'heure où j'avais prévu de me lever de ma table. J'hésitais, je n'avais rien sorti de concret, des pages entières avaient été effacées. Cela faisait des jours que ça durait. Je me disais que j'écrirais mieux le lendemain. Il faut dire qu'avec le bruit que faisaient les mômes d'à côté, j'avais du mal à me concentrer. Les voisins ont quatre enfants. Avec le...

Publié le 20/06/2020 dans Geneviève... par andre | Lire la suite...

”Avec le vide j’ai parlé / plusieurs dans ma voix” (Alain Borne). Le silence, ou ce qui se tait...

Pour écrire, écrire vraiment, porter du sens, il faut... parler "avec le vide" ( Alain Borne ). Aller affronter le silence en soi et dans l'essentiel du langage. C'est aussi le message de Fabienne Verdier , authentique calligraphe passée par la voie des taoïstes dans les lieux des maîtres de cet art de la trace. Et si nous écoutons ce qui se tait en nous et dans les textes il sera possible...

Publié le 22/06/2019 dans Trames nomades par MCSJuan | Lire la suite...

Les poèmes qui ne se nourrissent ni de roses ni d’oiseaux ont une santé à briser le monde

Il y a des poèmes qui ne se nourrissent ni de roses ni d'oiseaux, qui ne boivent pas la rosée des fleurs, qui ne se penchent pas sur la source, qui n’aiment pas les jeunes filles à l’instant du bourgeon. Ils ont un visage dur et une odeur d’hiver qui dédaignerait la neige. Ils parlent de chevaux, de labours, d’humbles herbes, d’enfants sans jouets. ... L’amour y semble...

Publié le 06/10/2016 dans Branloire... par Houdaer | Lire la suite...

Les poètes Alain Borne et Paul Vincensini

Nous avons eu le plaisir de présenter une lecture musicale le 30 octobre 2015 à la Médiathèque de Montélimar en soirée de clôture du Centenaire de la naissance d'Alain Borne. Avec beaucoup de talent, Lise Péchenart, violoncelliste qui nous accompagnait, a glissé ses mélodies, souvent improvisées, entre les textes ou à l'intérieur des poèmes. Nous avons connu Paul Vincensini. Celui-ci, ami...

Publié le 11/11/2015 dans Geneviève... par andre | Lire la suite...

les yeux fermés

    Je me couche dans la poussière, les yeux fermés La nuit sera totale, tant que l'aube Et le grand jour de ta chair Ne passeront pas au-dessus de moi Comme un vol de soleils.    Alain Borne

Publié le 02/08/2015 dans La renouée... par Paola Pigani | Lire la suite...

Le monde est nu

  Cette année, nous fêterons le centenaire de la naissance d'Alain Borne. Il est né le 12 janvier 1915 dans l'Allier, il a passé son enfance en Ardèche à Privas et a vécu ensuite à Montélimar où il fut avocat. Il disait : "Pour moi, seule la poésie est vie, tout le reste est subsistance."   "Je songe à vous dans le soir dont la pluie contre moi resserre la présence. Le...

Publié le 06/01/2015 dans Geneviève... par andre | Lire la suite...

Silence !

Voici ce que j'avais projet de lire en préambule lors de la table ronde " dire avec la voix, dire avec la plume " des "27 heures chrono" Baz'Art des Mots (2014). Faute de temps, le débat n'eut pas lieu. Ce n'est que partie remise, j'espère. On me demandait un avis tranché. Le voici :   Je pense que dans ce monde où l'actualité nous parvient comme un tourbillon, nous manquons...

Publié le 05/07/2014 dans Geneviève... par andre | Lire la suite...

Il y a des poèmes

Il y a des poèmes qui ne se nourrissent ni de roses ni d'oiseaux, qui ne boivent pas la rosée des fleurs, qui ne se penchent pas sur la source, qui n'aiment pas les jeunes filles à l'instant du bourgeon. Ils ont un visage dur et une odeur d'hiver qui dédaignerait la neige. Ils parlent de chevaux, de labours, d'humbles herbes, d'enfants sans jouets. L'amour y semble caché mais...

Publié le 31/10/2013 dans La renouée... par Paola Pigani | Lire la suite...

BORNE to be DEAD

  Un dur rappel à la réalité, pour tous ceux qu'enivrent ces temps-ci les lilas:   Et certes la mort est aussi dans la grappe du lilas puisque passent son odeur et sa grâce aussi vite qu'au ciel l'éclair du ramier   Alain BORNE (La Dernière Ligne, Club du Poème, 1963).  

Publié le 06/05/2009 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant