Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : agnès rouzier

Tags relatifs

Dernières notes

Agnès Rouzier, Le fait même d'écrire

     Lettre à Magda von Hattinberg   L’enfance — qu’était-ce donc ? Qu’est-ce que c’était l’enfance ? Peut-on poser à son propos d’autres questions que celle-là, perplexe, — qu’était-ce — cette façon de brûler, de s’étonner, de ne jamais pouvoir faire autrement, de sentir la douce, la profonde montée des larmes ? Qu’était-ce ?  … Cette...

Publié le 19/05/2018 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Agnès Rouzier, Le fait même d'écrire

La folie   Folie ? Approche de la folie. Seulement approche. Lorsque la folie est, elle n’est plus.   La folie existe : la folie n’a pas d’existence.   C’est dans le pont jeté du rôle qu’est la jubilation du fou.   Quels lieux assigner à la folie ? Quel point strictement repérable ? Le regard que nous portons...

Publié le 24/02/2018 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Agnès Rouzier, À haute voix, dans Change

   Tout vouloir dire et ne pouvoir rien dire, quand on dit. Cette distance invincible qui fait effectivement que la parole ne serait valable que si elle pouvait être, en même temps, une forme de fête. Parce que quand on écrit, elle est fête, ou faite pour la fête, très exactement, oui, faite pour la fête. Mais la fête n’arrive jamais. Alors l’écriture est silence, et c’est dans cet...

Publié le 10/01/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Agnès Rouzier, À haute voix

                                          ...

Publié le 24/02/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Agnès Rouzier, Le fait même d'écrire

Qu'importe la chambre, — si ce n'est tout entier le temps — qu'importe la chambre ? Pouvait-on même dire : refuge ? (Je effacé par nous mais recevant de cet insistant pluriel sa légèreté principale. Je s'écoutant rire). Qu'importe la chambre, hors les autres cellules qui l'écrasent, l'enserrant, l'entourent, la protègent, qu'importe la chambre hors ces escaliers qu'il faut monter pour...

Publié le 02/03/2013 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Agnès Rouzier, « Maurice Blanchot : le fait même d’écrire »

« (déchiffrer, désire. Déchiffrer est un mouvement, un déplacement rigoureux, une projection en avant admettant de pulvériser méthodiquement ses assises, là où même   “n’être rien” prend un sens fragmentaire, passage, petit abîme, léger abîme, complice de ce point où l’espace, là cependant, au plus court, l’espace, tout l’espace nous manque. Déchiffrer ne déchiffre à sa clé qu’un...

Publié le 14/11/2012 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

GENEVIEVE CLANCY

Geneviève Clancy❘Philippe Tancelin❘Jean-Pierre Faye Stéphanette Vendeville "Ce qui s'annonce alors deviendrait mouvement du change des formes. Et ce qui entrait dans ce devenir sera l'annonce d'une narration nouvelle. A laquelle Mitsou Ronat va donner le nom paradoxal et provisoire de "l'épique abstrait". Non pas l'emboîtement du récit dans le récit, chose faite dès...

Publié le 27/09/2007 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

Page : 1