Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : bernin

Tags relatifs

Dernières notes

Le cavalier Bernin

Publié il y a 17 jours dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Dico de bord (extrait 6)

Bernini (dit Le Bernin) Ce napolitain est un des plus grands artistes qui aient existé : à la fois architecte, peintre et sculpteur, et capable de marier les trois : Saint-Pierre de Rome, le fameux « doigt de Dieu », la colonnade de la place et le Baldaquin, c’est lui. Si on lui avait laissé réaliser son projet pour le Louvre – mais une cabale menée par Charles Perrault l’en a empêché – il...

Publié le 25/02/2015 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Obscurcissements...

"la vérité est si obscurcie en ce temps, et le mensonge si établi, qu'à moins que d'aimer la vérité on ne saurait la connaître." Pascal A lire la chronique de Ph. Sollers dans le Point Bernini, David (détail, 1625)

Publié le 02/03/2013 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Considérations sur le temps - Daphné et Apollon, Debluë, Le Bernin

Extrait de la "Lettre au philosophe du Nord", 2012, Romain Debluë   Connaissez-vous Le Bernin, en italien Gian Lorenzo Bernini, l'un des plus grands sculpteurs de l'histoire, incontestable maître du baroque à qui le cardinal Borghèse commanda en 1623 une statue représentant la transformation de la nymphe Daphné en laurier, au moment même où Apollon s'apprête à la...

Publié le 22/06/2012 dans Fichtre par Fichtre | Lire la suite...

Trois femmes (I) : l'extase

  C'est le matin. Il fait doux et dans la cour intérieure de l'appartement de la via Sommacompagna tu regardes l'immense sapin qui atteint le cinquième étage. D'où tu es, tu contemples ce jardin privé et le ciel bleu fait un carré pur que tu remercies. La rue est calme, jusqu'à Trombetta, sur le côté de la gare Termini, pour un cappucino, une sfogliata fourrée au chocolat, et un thé...

Publié le 03/06/2012 dans off-shore par nauher | Lire la suite...

Le temps découvrant la vérité

« Tout ce qui est profond aime le masque [...] Tout esprit profond a besoin d’un masque. »   Friedrich Nietzsche   Le temps découvrant la vérité, Le Bernin, vers 1646  

Publié le 08/04/2011 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Le besoin d’une foi puissante

« Le besoin d’une foi puissante n’est pas la preuve d’une foi puissante, c’est plutôt le contraire. Quand on l’a , on peut se payer le luxe du scepticisme – on est assez sûr, assez ferme, assez solide, assez engagé pour cela. » (Friedrich Nietzsche, Le crépuscule des idoles ) Bernini Il est amusant de constater que Dan Brown dans "Anges et démons" fait de Bernini un ennemi...

Publié le 17/01/2010 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Acheminement vers la parole

"L'être humain parle. Nous parlons éveillés ; nous parlons en rêve. Nous parlons sans cesse, même quand nous ne proférons aucune parole, et que nous ne faisons qu'écouter ou lire ; nous parlons même si, n'écoutant plus vraiment, ni ne lisant, nous nous adonnons à un travail, ou bien nous abandonnons à ne rien faire. Constamment nous parlons, d'une manière ou d'une autre. Nous parlons parce...

Publié le 17/07/2009 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Corps et âme

La santé physique et mentale du salarié a fait son entrée dans le Code du travail en 2002. Par cette formule duale, le législateur entérine la division dont l’occident ne peut se départir entre corps et esprit ou matériel et spirituel. Les médecins du corps, en France, ne sont pas les médecins de l’âme. Cette dichotomie binaire nous vient de Platon et a ensuite été généralisée par la doctrine...

Publié le 27/11/2008 dans WILLEMS... par Jean-Pierre WILLEMS | Lire la suite...

Dans cette ville minérale

Dans cette ville minérale, de méandres, replis, fuites, retournements, les tableaux de Caravaggio sont une pure merveille, absolue présence. Il y a ce cou, miracle d’équilibre, douceur et étrangeté, ce cou si sublime de la Madone de Lorette à Sant’Agostino, impossible de m’en détacher. A un moment, à Rome on oublie tout. Le temps, l’histoire sont tellement inscrits dans le marbre,...

Publié le 11/10/2007 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Page : 1