Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : 90s

Tags relatifs

Dernières notes

Je m'en lasserai JAMAIS

D'ailleurs, comme je tiens à cet album comme à la peau de mes 14 ans, faut que je lance un avis de recherche dans un post prochain, avis aux magnifiques ados boutonneux qui ont fait parti de mon voyage EF en 1994 à L.A.... mais bon ce sera pour un autre billet. On sait jamais vous en connaissez peut-être.

Publié il y a 9 jours dans Made in Rive... par Jen | Lire la suite...

90's fan

Publié il y a 19 jours dans Made in Rive... par Jen | Lire la suite...

KULA SHAKER - Infinite sun

Ils ont bien vieilli, je ne suis pas fan de la chanson mais le bon esprit du chanteur est toujours présente et l'énergie du clip est sympa. Ca ne fait pas de mal pour se détendre un peu.    

Publié le 24/02/2016 dans Made in Rive... par Jen | Lire la suite...

Désillusions

On attend tellement du cinéma, on espère tant trouver de quoi nous nourrir même lorsque l'on fait le choix de film le plus incertain, le plus hasardeux et le plus téméraire au regard de nos goûts habituels, que l'attente est parfois mal récompensée, la chute brutale et la désillusion radicale. Ainsi, ayant été hypnotisé, un soir déjà lointain, lors de la diffusion télévisée de ce grand...

Publié le 04/11/2013 dans Nightswimming par Edouard S. | Lire la suite...

24 portraits d'Alain Cavalier

Réalisées en 1987 (la première) et en 1991 (la seconde), ces deux séries qui n'en font qu'une se placent donc pour Alain Cavalier entre Thérèse (1986) et Libera me (1993). L'inscription de ces 24 portraits dans l'évolution stylistique du cinéaste, leur importance dans son processus de réflexion sur la fiction et le documentaire, sur le rapport au personnage, au récit et à la technique,...

Publié le 28/01/2013 dans Nightswimming par Edouard S. | Lire la suite...

Edward aux mains d'argent

Aux couleurs éclatantes des murs, des objets, des véhicules et des vêtements des habitants de cette zone pavillonnaire dans laquelle Tim Burton situe l'histoire d' Edward aux mains d'argent sont opposés la blancheur du teint et le noir de l'accoutrement de son héros qui le rend d'abord invisible au regard lorsqu'il se tient blotti sous le toit de son château avant de...

Publié le 12/09/2012 dans Nightswimming par Edouard S. | Lire la suite...

Le bûcher des vanités

Adapté de Tom Wolfe, Le bûcher des vanités est un film que Brian De Palma a voulu d'un comique noir et grimaçant. On retient avant tout deux choses de la vision de ce qui est sans doute l'un des plus mauvais titres d'un cinéaste très inégal : la vulgarité et la confusion narrative. Des dialogues scatologiques ou graveleux sont mis dans la bouche d'interprètes n'ôtant jamais leur...

Publié le 08/05/2012 dans Nightswimming par Edouard S. | Lire la suite...

Du jour au lendemain

Que la montée est raide ! On manque plus d'une fois de mettre pied à terre et d'abandonner, ou bien de continuer en marchant, sans effort, la tête ailleurs. C'est qu'il faut vraiment s'accrocher et serrer les dents en attendant que le second souffle vienne pour connaître au final la satisfaction. Le premier plan est magnifique, mouvement lent partant de l'orchestre en train de se chauffer...

Publié le 23/04/2012 dans Nightswimming par Edouard S. | Lire la suite...

The player

Bien sûr, The player c'est d'abord ce fabuleux plan-séquence de huit minutes en ouverture. Il permet de suivre les arrivées successives des gens du studio, dont le producteur Griffin Mill, personnage principal du film. Ce plan sert à l'inscription dans le genre policier puisqu'il en reprend des procédés caractéristiques : passages musicaux imposant un rythme de suspense, caméra visant...

Publié le 15/03/2012 dans Nightswimming par Edouard S. | Lire la suite...

L.A. Confidential

** ** Adaptation, saluée par l'écrivain lui-même, du roman de James Ellroy, L.A. Confidential se distingue logiquement par sa richesse thématique, par la largeur de sa palette de caractères, par son ampleur romanesque. Qualités d'écriture, donc, relayées par l'excellence des interprètes qui imposent tous avec assurance leur personnage respectif (Russell Crowe, Kevin...

Publié le 09/02/2012 dans Nightswimming par Edouard S. | Lire la suite...

Page : 1 2 3 Suivant