Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : pochoiriste

Tags relatifs

Dernières notes

Souriez vous êtes filmés

à moitié assis, le dos appuyé contre le mur, il dort sous les graffs, à l'angle d'une rue. Sa mâchoire détendue tire mollement vers le bas, laissant passer un filet de bave. Ni le bruit des voitures, ni la chaleur étouffante, ni les mouches perdues dans les broussailles de ses cheveux sales, n'altèrent sa somnolence. Il ronfle et se retourne. Sa chemise trempée de sueur plisse dans le dos....

Publié le 17/07/2013 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Parcelles durables

Le ciel en feu disparaît derrière l'horizon. Il se transforme en un véritable incendie de rouges, d'oranges et de roses. C'est comme une récompense du soleil, pour tous ceux qui acceptent de respirer, jour après jour, l'air empoisonné de la ville. Autour du cou, accroché à un lacet de cuir, il porte un coquillage, peut-être rapporté d'une lointaine île du Pacifique. Au moment où il oblique...

Publié le 05/08/2011 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Une vague obscurité

Une vague obscurité nappe le port. Partout, on perçoit le bruit des mâts qui souffrent, du bois forçant contre le bois, des cordages qui frottent, tendus à se rompre. Au milieu d'un bateau de pêche, des hommes sont en train de rincer des filets et de les plier ; d'autres déversent des seaux d'eau de mer et frottent le pont avec un balai à long manche. Cramponné au bastingage, il se tient le...

Publié le 13/06/2011 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Vertige

Lorsque je remonte au grand jour les escalators ou les escaliers du métro, parfois je suis prise de vertige. La ville resserre son étreinte sur moi. Le large trottoir, l'étal du fleuriste, le front vitré des terrasses de cafés, le grouillement de la foule, la feuille qui voltige, le soupçon de ciel, la lumière de la ville, et pas le moindre interstice, le moindre vide, et le bourdonnement,...

Publié le 11/06/2011 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Ourika

Un mur élevé derrière lequel se trouve une espèce de friche industrielle avec de la rouille, de la ferraille, des réservoirs, de hautes cheminées qui ne crachent ni fumées ni rien. Tout est en lambeaux, délabré, désespéré, en ruines. On dirait que le vent a arraché tout ça quelque part pour le déposer ici. Contre une brèche dans le mur, rafistolée à l'aide d'un simple grillage, il y a des...

Publié le 21/05/2011 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Rue Estelle

  Lecture de toutes ces chroniques urbaines dans l'émission http://www.radiodiction.org 09 72 15 48 40 Appeler pour dire un texte 24h/24 appel non-surtaxé

Publié le 06/01/2011 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Page : 1