Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : olivier barbarant

Tags relatifs

Dernières notes

Olivier BARBARANT et la MÉMOIRE

  ... Que dira-t-on plus tard de ces instants ? Sont-ils de ceux qui comptent ? De ceux qui ne comptent pas ? Je n'ai guère avancé : je me demande encore si l'on perd sa vie à la faire. J'en doute, mais la mémoire qui tient pour rien ces heures répétées, ne voit de vie qu'aux seuls moments où le langage a fui. ...   Olivier BARBARANT , Un grand...

Publié il y a 17 jours dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Olivier BARBARANT A RÊVÉ

  ... J'ai rêvé d'un poème dont je ne dis que le désir La tragédie dont on rira D'un signe qui ne s'est pas fait chair   Il n'en restera donc sur le quai des adieux que ce chiffon secoué À l'aube des renoncements dans le brouillard des départs ce geste d'un dément Qui se voulant un dieu comme tout un chacun ne le fut que très peu   Ou seulement entre...

Publié le 17/05/2021 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Le MUSÉE selon Olivier BARBARANT

  ... Un musée comme ces maisons de campagne toujours fermées et dans l'attente du dimanche suivant Ornées de vieux bouquets de fleurs et de buffets où meurt l'odeur loin fanée de la cire ...     Olivier BARBARANT , Odes dérisoires, Champ Vallon, 1998    

Publié le 03/07/2019 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

La JEUNESSE selon Olivier BARBARANT

  ... On traversait sans y penser les clairs juillets de l'existence A quoi bon d'ailleurs revenir à de telles banalités Tout été se prend pour l'Eden et la jeunesse pour la vie Peut-être faut-il s'en réjouir et laisser aller l'inconscience On reconnaît la transparence à ce qu'elle fut inaperçue ...     Olivier BARBARANT , Elégies étranglées, Champ...

Publié le 27/05/2019 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Aragon, La Grande Gaîté [1929]

            Art poétique   On me demande avec insistance Pourquoi de temps en temps je vais à La ligne   C'est pour une raison Véritablement indigne D'être cou Chée par écrit               Les derniers jours   Les...

Publié le 29/06/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1