Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : la barque

Tags relatifs

Dernières notes

Yi Sang, « Plan à vol de corbeau »

  «  Poème n°12   Un ballot de linge sale s’envole dans les airs et retombe. C’est une volée de colombes. C’est une annonce de la fin de la guerre et de la venue de la paix, de l’autre côté du ciel grand comme une paume. La volée de colombes nettoie ses plumes encrassées. De ce côté du ciel grand comme une paume, une guerre sordide qui matraque à mort les colombes...

Publié le 01/11/2020 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Guiseppe Bonaviri, « Harmonie »

  « Si – depuis le Timée de Platon jusqu’à saint Augustin et de ces derniers jusqu’à Kant et Newton – l’idée du temps nous conduit tout au long des siècles, au sentiment projectuel ( progettuale ) de Heiddeger, aux relations des mouvements et aux variations électromagnétiques  d’un champ, selon Einstein, elle demeure pour moi liée à la mémoire d’un temps immobile et...

Publié le 01/07/2020 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Sergueï Essénine, « Je suis toujours le même »

  « Je suis toujours le même. J’ai toujours le même cœur. Tels des bleuets dans le seigle, Mes yeux fleurissent sur mon visage. Déployant la belle nappe de mes vers, Je veux vous dire quelque chose de doux.   Bonne nuit ! Bonne nuit à tous ! Dans l’herbe du crépuscule, La faux s’est tue. Aujourd’hui j’ai très envie À ma...

Publié le 10/04/2020 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Carl Rakosi, « Le vieil homme »

DR   «  D’abord les poils poussèrent plus épais sur la poitrine et le ventre et les cheveux plus fins au sommet de son crâne.   Puis le gris apparut le long du côté droit de sa poitrine.   Un jour il regarda dans le miroir et vit des poils épais et gris dans ses narines.   Alors il voulut admettre que l’âge...

Publié le 19/12/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Carl Rakosi, « Le vieil homme »

DR   «  D’abord les poils poussèrent plus épais sur la poitrine et le ventre et les cheveux plus fins au sommet de son crâne.   Puis le gris apparut le long du côté droit de sa poitrine.   Un jour il regarda dans le miroir et vit des poils épais et gris dans ses narines.   Alors il voulut admettre que l’âge...

Publié le 19/12/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Tonino Guerra, « vendredi 13 décembre 1996 »

  « Il y a toujours une journée, dans la vie d’un homme, pour recueillir la beauté du monde. Et même si l’on vit mille ans, ce n’est que la répétition de cette rencontre inattendue. Il y a des papillons qui vivent un seul jour, et ce jour-là contient les fulgurations exquises de tous les désirs. »   Tonino Guerra Il pleut sur le déluge Traduit de...

Publié le 13/12/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Carl Rakosi, « Amulette »

DR     «  La déclaration de Pierrot   Je vais répudier ma pureté maintenant et trouverai mon art en d’autres hommes avant de finir comme une chandelle dans la chambre d’une vieille fille.   J’en ai assez d’user mon siège à regretter de n’être pas Shakespeare et à essayer de faire que ma lecture s’approche d’un âge comme le souvenir...

Publié le 22/05/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Idea Vilariño, « Ultime anthologie »

DR   « La nuit   La nuit ce n’était pas le rêve c’était sa bouche c’était son beau corps dépouillé de ses gestes inutiles c’était son visage pâle me regardant dans l’ombre. La nuit c’était sa bouche sa force et sa passion c’était ses yeux graves ces pierres d’ombre qui roulaient dans mes yeux c’était son amour en moi une invasion...

Publié le 17/02/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Ayukawa Nobuo, « Poèmes 1945-1955 »

DR   «  L’homme qui marche   La falaise s’effondre Par moments sur la pente les herbes sèches frémissent Un peu partout dans le vaste panorama Par moments les fils électriques stridulent Debout aux confins de cette ville-là Allez savoir pourquoi tirer sur une simple cigarette est si bon   Ce n’est qu’un chemin désolé qui se déroule Sous...

Publié le 01/11/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Ossip Mandelstam, « Le Timbre égyptien »

© Moïsseï Nappelbaum, 1927   « Les livres fondent comme des glaçons apportés dans la chambre. Tout se réduit. Toute chose me semble un livre. La différence entre un livre et un objet ? Je ne connais pas la vie : elle m’a été substituée quand j’ai appris le craquement de l’arsenic sous les dents de l’amoureuse française à chevelure noire, la petite sœur de notre...

Publié le 17/05/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant