Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : jean richepin

Tags relatifs

Dernières notes

Jean Richepin, La Chanson des gueux

                                    Épitaphe pour n’importe qui     On ne sait pourquoi cet homme prit naissance. Et pourquoi mourut-il ? On ne l’a pas connu. Il vint nu dans ce monde, et, pour comble de chance...

Publié le 28/08/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Dico de bord (extrait 29)

‪#‎ Dicodebord‬   extrait 29 Oncques Ce délicieux adverbe trop compliqué pour notre époque (il signifie quelquefois et jamais accompagné d’une négation !) a probablement vécu ces derniers instants avec Georges Brassens, dans Les Oiseaux de passage : « Ô vie heureuse des bourgeois / Qu’avril bourgeonne ou que décembre gèle, / Ils sont fiers et contents/ Ce pigeon est aimé, /...

Publié le 28/03/2015 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

8 octobre : billet anniversaire

(photo du trou des Halles par Sara . vers 1972/13/14)   L'an dernier, le même jour, nous nous souvenions d' un 17 août et d'un autre jour encore . L'an d'avant, Jean Richepin était à l'honneur avec ses oiseaux de passage . L'an d'encore avant, il pleuvait, fillette .

Publié le 08/10/2013 dans AlmaSoror par Note | Lire la suite...

Le loriot de septembre

« Et la couleur est seule     A chanter ses chansons.     Apaisement. Silence », écrit Richepin dans le poème qu’il consacre à Septembre (l’écouter PAR ICI ). C’est peu dire que les politiciens ne prennent jamais les poètes au sérieux, ni ne les écoutent autrement, que dans le cadre d’une religiosité feinte. Pourtant ils tiennent à ce...

Publié le 05/09/2013 dans SOLKO par Solko | Lire la suite...

BENOÎT et les BENOITS

C'est d'la colle et d'la chierie ; La vrai' vérité, C'est qu'les Benoits toujours lichent, Et s'graiss'nt les balôts. Vive eul' bataillon d'la guiche ! C'est nous qu'est les dos. Jean RICHEPIN , La Chanson des gueux, 1876.   Renseignements pris, ce Richepin ne doit rien à la transsubstantiation et les Benoits seraient dans l'argot de l'époque des...

Publié le 19/02/2013 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Gueux et nomades

Jean Richepin, Truandailles , Le Vampire Actif, 2012 Jean Richepin ? C’est La Chanson des gueux qui vient à la mémoire, guère plus. Pourtant, l’œuvre de cet écrivain à la carrière atypique (ancien élève de l’École Normale Supérieure, professeur, poète, linguiste, académicien, sans compter les métiers de toutes sortes auxquels il a touché, et avec cela passionné par la...

Publié le 04/07/2012 dans Notes et... par Jean-Pierre Longre | Lire la suite...

Les oiseaux de passage

Sables d'Olonne, par Sara Un poème de Jean Richepin , sur la domesticité et la liberté. On peut l'écouter chanté par Georges Brassens.  On peut aussi lire Le chien et le loup , de Jean de La Fontaine, qui évoque le même thème.  Les oiseaux de passage C'est une cour carrée et qui n'a rien d'étrange : Sur les flancs, l'écurie et l'étable au toit bas ; Ici près,...

Publié le 08/10/2010 dans AlmaSoror par Note | Lire la suite...

Page : 1