Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : enrique vila-matas

Tags relatifs

Dernières notes

Lettres éditoriales de Roberto Bazlen

Photographie (détail) de Juan Asensio. Acheter Bartleby et compagnie sur Amazon . Enrique Vila-Matas n'a peut-être jamais été aussi intéressant, à nos yeux du moins, que dans son célèbre Bartleby et compagnie , où il a écrit, en pensant peut-être au Roberto Bazlen des fameuses Notes sans texte comprenant un certain nombre de textes, nombre assez chiche pour que cet auteur...

Publié le 23/04/2018 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Enrique Vila-Matas, « Mac et son contretemps »

DR   « Lectures qui laissent à jamais une trace. 53 jours , par exemple, le roman inachevé de Georges Perec. En fait, je crois qu’il a discrètement influencé ce journal d’apprentissage. Non, ce n’est pas que je le crois, c’est que je suis sûr maintenant qu’il a influencé mon journal, même si je l’avais oublié jusqu’à aujourd’hui. Le titre du livre de Perec, allusion directe au...

Publié le 06/07/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

La carte postale du jour...

  "J’aime le mot « croire ». En général, quand on dit « je sais », on ne sait pas, on croit. Je crois que l’art est la seule forme d’activité par laquelle l’homme en tant que tel se manifeste comme véritable individu. Par elle seule il peut dépasser le stade animal parce que l’art est un débouché sur des régions où ne dominent ni le temps, ni l’espace. Vivre, c’est croire ; c’est du...

Publié le 19/10/2015 dans Manoeuvres... par la bouche plein de terre | Lire la suite...

Enrique Vila-Matas : Abrégé d’histoire de la littérature portative

Enrique Vila-Matas est né à Barcelone en 1948. À dix-huit ans, il est embauché comme rédacteur dans une revue de cinéma, Fotogramas , pour laquelle il réalise parfois de fausses interviews. De 1974 à 1976 il vit à Paris et loue une chambre de bonne à Marguerite Duras. Il raconte ses aventures parisiennes trente ans plus tard dans Paris ne finit jamais (2004). De retour dans sa ville natale...

Publié le 27/11/2012 dans Le Bouquineur par Le Bouquineur | Lire la suite...

L'usage des ruines, de Jean-Yves Jouannais

    L’usage des ruines est, rentrée littéraire ou pas, un petit livre atypique : il se tient à quelques francs pas de coté de l’essai et en-deçà du roman, ou plutôt de cette prétention finalement effrayante, parce que point effrayée par les géants, qu’ont nos contemporains d’en écrire, d’une façon de plus en plus convenue. « Cet ouvrage s’apparente à un...

Publié le 27/09/2012 dans Theatrum Mundi par Pascal ADAM | Lire la suite...

Chet Baker pense à son art d'Enrique Vila-Matas

Gary Cosby Jr. ( The Decatur Daily via Associated Press). À propos de Enrique Vila-Matas, Chet Baker pense à son art (traduction de l'espagnol par André Gabastou, Mercure de France , coll. Traits et portraits, 2011). LRSP (livre reçu en service de presse). Quelle bizarrerie, tout de même, que l'un des étranges mots, parmi des milliers d'autres inventés ou entendus allez...

Publié le 12/04/2012 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

« Nous sommes devenus le présent »

« A quoi penses-tu en marchant et pourquoi es-tu si triste? » est-il dit aux pèlerins d'Emmaüs. Il va faire nuit. Nous repensions à Siegfried Kracauer, à sa vision du cinéma comme rédemption de la réalité, à ses analyses scindant les films entre « réalistes » et « formalistes » : entre des oeuvres en adéquation avec le génie particulier du média et certaines qui...

Publié le 29/12/2011 dans Le dernier... par Le dernier coquelicot | Lire la suite...

Le Livre du Jour d'après

Crédits photographiques : Scott Olson (Getty Images). Lectures croisées de plusieurs ouvrages, dont les magnifiques contes d’Hawthorne traduits par Pierre Leyris et regroupés dans un volume intitulé Monsieur du miroir édité chez Corti, Le livre des marges de Jabès que je viens de terminer et enfin l’impeccable et curieux Fleurs de Tarbes de Jean Paulhan qui tente de rédefinir le...

Publié le 27/05/2004 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Page : 1