Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : commémoration des fidèles défunts

Tags relatifs

Dernières notes

Mes trois poèmes de la Toussaint et du jour des Défunts

(Extrait de mon ouvrage Encens, marbre et bruyère )   Troisième poème de la Toussaint et du jour des Défunts (2018)     Vêpres   Quand vient aux vêpres la Toussaint dans cette joie où sont admis tous ceux qui furent Saints en secret ou en gloire à leur mesure   Comme il serait triste et vain de ne pas être heureux d'être triste...

Publié le 01/11/2019 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Mes trois poèmes de la Toussaint et du jour des Défunts

(Extrait de mon ouvrage Encens, marbre et bruyère )   Troisième poème de la Toussaint et du jour des Défunts (2018)   Vêpres   Quand vient aux vêpres la Toussaint dans cette joie où sont admis tous ceux qui furent Saints en secret ou en gloire à leur mesure   Comme il serait triste et vain de ne pas être heureux d'être triste  ...

Publié le 01/11/2018 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

ENCENS, MARBRE ET BRUYÈRE (mon deuxième poème de la Toussaint et du Jour des Défunts)

Encens I Au son de l’orgue dans l’encens je vois monter la maison d’enfance   Elle s’élève avec les miens que j’ai connus et les autres qui m’ont parlé à travers eux   La maison en pierres et en mots avec son coffre-fort qui s’ouvrit à la fin sur quelques emprunts russes   Le jardin la voie ferrée la marquise de la gare l’autorail l’encens les...

Publié le 01/11/2017 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Mon poème de la Toussaint et du Jour des Défunts

I Toussaint À la veillée des anciens mondes les feux d’humbles talus parfument les champs d’astres La rivière est souvent déjà sombre et rapide mais la lumière en ses méandres y trouve un chemin dans les saules Dans le courant chaque seconde et chaque vague reçoivent nos séjours L’herbe chante à la flamme veilleuse des rivages des refrains de vergers loin derrière les...

Publié le 01/11/2016 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Page : 1