Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : circé

Tags relatifs

Dernières notes

Haizi, « Maison »

DR   « Tu as au matin fait tomber une première goutte de rosée pour sûr, cela touchait à ton amour à midi, quand tu as fait boire les chevaux tu t’es tenu un instant sous un jeune rameau et cela aussi touchait à elle et dans la lumière du soir tu es assis dans la maison, sans bouger et cela encore touche à elle   tu ne peux pas le nier...

Publié le 09/07/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Song Lin, « Paysage dans l’œil d’un aigle »

© Pieter Vandermeer   « 1   Rien que le roc, la neige, noir sur blanc. Les rigueurs de l’hiver, les eaux ne coulent plus, les pins ont mis leurs cloches de verre.   2   Rien ne saurait remplacer l’élévation du roc. celle des sommets, sauf la neige qui les recouvre.   3   Des vols d’hirondelles dorment...

Publié le 07/07/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Beidao, « Questions au ciel »

DR   « Ce soir la pluie tombe éparse la brise feuillette le livre le dictionnaire parle à mots couverts je ne peux lui résister   Enfant je récitais des poèmes anciens sans comprendre debout, puni au bord du gouffre des commentaires   La lune brille, quelques rares étoiles la main du Maître montre le gué des rêves les ombres...

Publié le 23/06/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Zheng Chouyu, « Village aborigène »

DR   « Ma femme est un arbre, moi aussi ; mais ma femme est un bon métier à tisser, sa navette-écureuil tisse des nuages arachnéens, ces nuages, là-haut, sont ceux qu’elle aime tisser   et moi, j’espère bien que mon unique tâche sera de faire sonner dans ma poitrine la cloche d’une école puisque j’ai atteint l’âge… où les piverts se posent...

Publié le 16/06/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Xia Yu (Hsai Yu), « Hibernation »

DR « Je ne cherche ainsi qu’à engranger assez d’amour assez de tendresse et de ruse par précaution     si d’aventure je te rencontre à mon réveil je ne cherche ainsi qu’à engranger assez de fierté assez de solitude et d’indifférence par précaution     si d’aventure tu es déjà parti à mon réveil » 1980...

Publié le 06/06/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Chen Li, « Cartes postales pour Messiaen »

DR     « Folie de papillon   Elle est venue à moi tel un papillon. Sans hésiter elle s’est assise sur la première chaise devant le pupitre une barrette de couleur dans les cheveux, papillon sur papillon   Depuis vingt ans, dans ce lycée en bord de mer, combien de papillons ai-je vus, êtres humains ou lépidoptères, empreints de...

Publié le 04/06/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Le livre des dieux et des démons

« Je restais au cinéma toute la journée. Sur l’écran, une femme marchait dans une ville bombardée, Marchait et marchait. Elle portait des rangers. Elle avait de longues jambes nues. Partout où elle allait, il faisait froid. Elle me tournait le dos, mais j’étais amoureux d’elle. A la sortie je m’attendais à trouver l’Europe de la guerre. » Charles Simic, « Le livre des...

Publié le 17/10/2017 dans Branloire... par Houdaer | Lire la suite...

Hsia Yu, « Salsa »

DR   « To be elsewhere   Ils se sont rencontrés dans un village de la côte ils ont partagé une nuit merveilleuse puis se sont quittés sans laisser d’adresse chacun sa route. Trois ans plus tard ils se sont rencontrés à nouveau, sans le vouloir. Pendant trois ans ils ont été abandonnés par la narration du roman ils ne savaient plus qui ils...

Publié le 26/06/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Sous les réverbères

M'aurais-tu menti, malheureuse ? Mes textos restaient lettre morte, mes appels tombaient sur la voix métallique du paysage mental de l'opérateur. Je voulais croire à ton histoire, alors que je hantais les bars  à la recherche hasardeuse de joyaux pour tes idées noires... (Je n'irai jamais vers ces côtés de la ville où les drogues se diffusent dans les verres des noyés. Où les garçons...

Publié le 09/01/2014 dans AlmaSoror par Note | Lire la suite...

Slauerhoff dans les brumes

  Deux comptes rendus sur les romans du Hollandais errant (extraits)     Après le recueil de nouvell es  Écume et cendre (1933)  et e n attendant La Vie sur terre (1934), dernier roman de J. Slauerhoff non encore traduit en français - parution prévue aux éditions Circé en 2012 -, voici quelques paragraphes en guise d’invitation...

Publié le 23/03/2011 dans flandres-hol... par daniel cunin | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant