Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : chronique urbaine

Tags relatifs

Dernières notes

Chemins de traverse

Traverser le parc, longer la courbe de la voie express, là où les voitures sont rares et roulent doucement, monter sur le remblai du tunnel, se prendre le pied dans un vieux morceau de journal qui s'enroule autour de la cheville, traîner la page sur une vingtaine de mètres, penser aux gros titres qui s'impriment sur la cheville, donner un coup de pied dans le journal, continuer sans jamais...

Publié le 30/09/2015 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Un endroit

De l'huile flotte paresseusement à la surface irisant l'eau dans le soleil de l'après-midi. Un morceau de cellophane s'enroule autour d'un pilier. Sur la passerelle, la circulation émet de mélodieuses phrases de pots d'échappement dont l'écho va se perdre au large. Un jeune homme est assis sur des marches, un transistor posé sur les genoux et d'où s'échappent les trépidations d'une musique...

Publié le 12/09/2015 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Une dimension de l'indifférence

Le soleil se cache quelque part derrière un nuage. Pluie fine sur les toits. Pluie fine sur les trottoirs de la ville. Aux Réformés, les marchands de fleurs ont sorti leurs parapluies. Ils sont bleus et protègent tout un éventail de jeunes pousses vertes. Dans les rues autour de la gare, des hommes hébétés gisent dans les entrées des immeubles. Ils dorment, immobiles, sous l'influence de...

Publié le 23/03/2015 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Place des Halles Delacroix

Le matin tout est différent. L'air frais tire les traits du visage et ouvre les yeux ensommeillés des passants. L'eau s'écoule le long des caniveaux. Elle emporte avec elle les restes nocturnes. Mégots de cigarettes, cartons de joints, pisse chargée de bière, crottes de chiens, restes de bouffe, capotes, tout glisse lentement vers les égouts et se dirige vers la mer. Place des Halles...

Publié le 18/03/2015 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Réverbère

La ville pue le moisi et dégage une odeur de vieux cartons empilés. Près de l'eau, deux hommes parlent à côté d'un long bateau amarré au ponton qui se réduit à un radeau composé de fûts de pétrole et de pneus de voitures. Accroupie près de l'amarre, une fille fume. Elle fait tomber les cendres de sa cigarette dans une petite boîte métallique. Elle porte un grand chapeau de paille dont elle...

Publié le 27/06/2014 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Les heures creuses

D'énormes nuages gonflés de pluie couvrent le sommet des immeubles. Assis à la table d'un café, il mange son hot-dog en faisant semblant de regarder la télé. Lorsqu'il a terminé, il se tamponne les lèvres avec une serviette en papier et traverse la pièce jusqu'aux toilettes où il se lave les mains. Ensuite, il sort. Une petite bruine tombe et il sent avec plaisir cette humidité froide sur...

Publié le 30/01/2014 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Impasse Montévidéo

Il est debout près d'une porte vitrée munie de rideaux. Il est courbé comme s'il allait tendre la main et ouvrir. Mais il se retourne lentement. La pluie dégouline sur la fenêtre près de lui. Il va dans un recoin, prend une bouteille de bière dans le frigo, l'ouvre, et boit au goulot une longue gorgée. Il écoute la bière dans sa bouche, puis la pluie, puis un bruit de pas au-dessus de sa...

Publié le 08/04/2012 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

L'hypothèse du chien

Les images de l'été sont trop vite passées, comme des notes écrites sur des feuilles mortes que le vent balaie devant la fenêtre. Une vieille femme m'adresse la parole. Ses yeux cernés, remplis du chaos qui tourbillonne au fond de son âme, regardent avec une totale indifférence le monde dit réel, y compris moi-même. Malgré les rues sales et dégradées, malgré les images de moisissures et de...

Publié le 05/09/2011 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Shoot canin

Après l'orage, les feux de signalisation sont en panne. Les gens roulent comme des malades. Une petite pluie fine se met à tomber. A l'angle d'un carrefour, ils s'engueulent dans leur langue. Comme deux escrimeurs, ils s'assènent l'un à l'autre des harpons de points d'interrogation, catapultent des chapelets de consonnes, mots acérés et empoisonnés, brûlant comme une mèche, langues...

Publié le 19/08/2011 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Une vague obscurité

Une vague obscurité nappe le port. Partout, on perçoit le bruit des mâts qui souffrent, du bois forçant contre le bois, des cordages qui frottent, tendus à se rompre. Au milieu d'un bateau de pêche, des hommes sont en train de rincer des filets et de les plier ; d'autres déversent des seaux d'eau de mer et frottent le pont avec un balai à long manche. Cramponné au bastingage, il se tient le...

Publié le 13/06/2011 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Page : 1 2 3 Suivant