Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : argento

Tags relatifs

Dernières notes

Sur vos écrans en 1983

EDITORIAL : Par Jean-Luc L. 1983 Fin d'une époque Mai 1981 n'avait pas marqué de rupture avec le cinéma des années 70. L'élection de Mitterrand ne faisait qu'entériner la victoire de l'idéologie dominante depuis 1968. En revanche, l'entrée dans la rigueur en 1983 avec le gouvernement Fabius et le refus de sortir du SME marquent une fracture profonde avec le passé. Cette faillite de...

Publié le 10/11/2015 dans Zoom Arrière par Edouard S. | Lire la suite...

Sur vos écrans en 1977

EDITORIAL : Par Céline Be kind, rewind. Pas besoin de remonter ma montre pour revenir en 1977. Cette année, les montres sont à quartz : " la magie quotidienne à votre poignet ". Si Roger Moore n’est pas l’espion que j’aime le plus, j’ai adopté sa Seiko à affichage digital qui égrène heures, minutes et secondes, comme le compte à rebours d’une année explosive. Tic, tac, tic, tac......

Publié le 12/05/2015 dans Zoom Arrière par Edouard S. | Lire la suite...

Au cœur de Ténèbres de Dario Argento – 18 – Désirs meurtriers

    « […] nous prenons plaisir à contempler les images les plus exactes de choses dont la vue nous est pénible dans la réalité, comme les formes d'animaux les plus méprisés et des cadavres » Aristote, Poétique     L e « travail du film » développé précédemment, qui invoque – pour mieux les contrôler – les fantasmes...

Publié le 06/09/2006 dans Fin de partie par Thomas Becker | Lire la suite...

Au cœur de Ténèbres de Dario Argento - 16 - Chronique d’une mort annoncée

    « Pah, ils sont tranquilles, je suis emmuré de leurs vociférations, personne ne saura jamais ce que je suis, personne ne me l’entendra dire, même si je le dis, et je ne le dirai pas, je ne pourrai pas, je n’ai que leur langage à eux, si si, je le dirai peut-être, même dans leur langage à eux, pour moi seul, pour ne pas avoir vécu en vain, et puis pour pouvoir me...

Publié le 11/08/2006 dans Fin de partie par Thomas Becker | Lire la suite...

Au cœur de Ténèbres 15 - Rouge profond

    « Le film n’est pas exhibitionniste. Je le regarde, mais il ne me regarde pas le regarder. Pourtant, il sait que je le regarde. Mais il ne veut pas le savoir. C’est cette dénégation fondamentale qui a orienté tout le cinéma classique dans les voies de l’« histoire », qui en a gommé sans relâche le support discursif, qui en a fait (dans le meilleur des...

Publié le 30/07/2006 dans Fin de partie par Thomas Becker | Lire la suite...

Page : 1