Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : andré markowicz

Tags relatifs

Dernières notes

Meng Jiao, « Songe d’automne »

  « Le vieillard change du matin au soir À osciller entre mourir et vivre. Assis — un peu de vin — il se repose Couché — mille visions le vide même. La vue trop faible pour voir à la porte L’ouïe trop fragile pour percer le vent. Il est comme sa propre image peinte Inapte à ressentir la même chose. Tous les élans se sont finis en larmes Mais il rêve...

Publié il y a 2 jours dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Han Yü, « Ivre retenant Meng Jiao* »

  « Dès le moment où voici des années      j’ai découvert Li Po avec Tu Fu J’ai toujours regretté que ces deux-là      n’aient pas pu vivre ensemble plus longtemps Nous sommes nés tous deux dans le même âge Et nous suivons la voix qu’ils ont suivie.   Toi tu n’as pas de poste tu t’en vantes...

Publié il y a 4 jours dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Lu Zhaolin, « Le dur voyage »

  « Quand vous sortez par le nord de Chang An       pas loin du pont qui enjambe la Wei 1 Ne voyez-vous cet arbre sec et nu       abattu dans un champ laissé en friche ? Aux jours anciens il s’inondait de rouge       et puis le rouge devenait du pourpre. Les brouillards de l’hiver s’y...

Publié il y a 9 jours dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Li Shang-yin, « Lune d’automne »

  « Sur le bassin et derrière le pont Elle l’inoubliable l’adorable. Le rideau s’ouvre lumineuse nuit. Rouler la natte — c’est le froid qui pointe. Où la lumière coule — fleurs d’eau vive Où luisent ses rayons — arbres-nuages. Cheng E* sans rouge aux joues sans sourcils peints Se montre fière dans sa vraie nature. »   * Personnage de la...

Publié il y a 11 jours dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Po Chü-i, 3 poèmes sur la vieillesse 

  «  Sur la vieillesse, envoyé à Meng-té *   Nous voici tous les deux dans la vieillesse. La vieillesse comment la définir ? On voit trouble on se couche le premier Parfois on sort on s’appuie sur sa canne Sinon on est cloîtré à la maison. On se détourne d’un miroir trop neuf On ne lit plus que les gros caractères. On pense aux vieux amis de...

Publié il y a 13 jours dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Charles Reznikoff, « La Jérusalem d’or »

DR   « 24 JUILLET   Personne dans la rue, sauf un moineau ; il sautille sur le trottoir luisant, et finit par s’envoler – dans un arbre poussiéreux.   25 Autour d’une excavation une flopée brillante de lanternes rouges s’est installée.   26 Les ramilles du buisson de notre voisin sont si fines, que j’en distingue à...

Publié le 01/03/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Li Po, « Buvant seul sous la lune »

Li Po, portrait imaginaire par Liang Ka , XIIIe siècle   Deux traductions d'un même poème   « un pichet de vin au milieu des fleurs, je bois seul, sans compagnon levant ma coupe je convie la lune claire avec mon ombre nous voilà trois la lune hélas ! ne sait pas boire, et mon ombre ne fait que me suivre compagnes d’un moment, lune et ombre,...

Publié le 13/02/2016 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Mimétisme et exorcisme (Notes sur Crime et châtiment, de Dostoïevski.)

Illarion Michajlovitsch Prianischnikov - Les Cochers farceurs au gostiny dvor de Moscou (1865)     1 - L'indécis ( Raskolnikov). Il est "le jeune homme" . Il sort de chez lui "comme pris d'indécision" . Il est Hamlet. Il trouve lui-même qu'il "bavarde beaucoup" . Et la majeure partie de ce roman, grand parmi les grands, sera consacrée à son monologue intérieur....

Publié le 16/01/2016 dans Pierre Cormary par Pierre CORMARY | Lire la suite...

Qui est damné ? Mon obsession primordiale (A propos du Rêve d'un homme ridicule, de Dostoïevski)

  Qui est le narrateur de ce Rêve d'un homme ridicule ? Mais le diable, évidemment. Le diable qui a toujours été un pauvre diable, un homme du sous-sol, un solitaire névrotique et souffreteux, un pervers poussif qui fait le mal comme s'il y était contraint et obligé et qu'il l'est d'une certaine manière. En tous cas, un homme bien ridicule comme il l'annonce lui-même dès la première...

Publié le 09/12/2015 dans Pierre Cormary par Pierre CORMARY | Lire la suite...

Les Démons de Dostoïevski

Qui sont, au juste, les Démons de Dostoïevski ? Parmi ses nombreux personnages, lesquels peut-on qualifier de démoniaques ? Nicolaï Svévolodovitch Stavroguine ? Un « démonillon », pour reprendre son propre terme, que le chapitre « Chez Tikhone », plus connu sous le titre de «  La c onfession de St a vroguine », nous révèle hanté par un...

Publié le 27/09/2015 dans Fin de partie par Thomas Becker | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant