Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : boulgakov

Tags relatifs

Dernières notes

AUTEURS RUSSES : ANTHOLOGIE DE CITATIONS

            Les prénoms russes posent un problème délicat. Jusqu’au début du XX e siècle, c’est-à-dire tant que le français était une langue forte, qui assimilait hardiment ce qui vient de l’extérieur, il ramenait les prénoms russes ou polonais (qui font partie de la langue) à des prénoms français. Ainsi a-t-on fait, à peu près jusqu’à...

Publié le 15/09/2019 dans Dernière gerbe par Le déclinologue | Lire la suite...

La reine du sabbat

Le maître et Marguerite , Mikhaïl Boulgakov Depuis le temps que je devais me lancer, avec les écrivains russes! Certes, pas de coup de foudre, mais une intense sensation de lire exactement ce que je devais lire.  C'était assez baroque comme expérience... Les personnages principaux, à savoir le Maître, écrivain, auteur d'une oeuvre sur Ponce-Pilate qui ne rencontre pas le succès et...

Publié le 24/03/2019 dans Tale me more par Soundandfury | Lire la suite...

Marx en nain de jardin

J’ai grandi dans un immeuble comme celui-ci. Sauf qu’il n’était pas en URSS, mais à Bron Terraillon, dans une banlieue lyonnaise en partie, depuis, islamisée. Ma mère n’avait pas « les moyens » comme on disait à l’époque, de s’offrir un petit pavillon. J’ai donc été très tôt initié aux charmes du HLM de banlieue, celui qu’on rêve de quitter à jamais le soir au balcon, en fumant sa...

Publié le 13/08/2017 dans SOLKO par Solko | Lire la suite...

Ce que je verrai à Moscou

« Salut aux ouvriers de l'Ouest ! » Telle est la première phrase qu'Henri Béraud remarqua en 1925 à son arrivée en  Russie soviétique , (1) par ce qu'on appelait alors  le train rouge , à savoir le transsibérien. Le fleuve a coulé depuis, comme le souligne avec humour Poutine dans les quatre heures de conversation avec Olivier Stones diffusées récemment....

Publié le 14/07/2017 dans SOLKO par Solko | Lire la suite...

Le cœur du Système...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Slobodan Despot , cueilli dans la lettre d' Antipresse et consacré à ce système dont il est de bon ton de nier l'existence... Ecrivain et éditeur, Slobodan Despot est l'auteur de recueils de chroniques mordantes, comme Despotica (Xénia, 2010) et Nouvelleaks (Xénia, 2015), et d'un merveilleux petit roman intitulé Le Miel...

Publié le 16/02/2017 dans Métapo infos par Zed | Lire la suite...

Lectures de plage, voyages de plage, brisures de plage

ce casse-couilles de Geronimo cette greluche de Nadejda Kroupskaïa cet allongé de Lénine ce troué de Charb   cette mal épilée de Despentes cet allumé de Kazantzakis qui devrait se passer le lyrisme à l'eau froide cette piquée du supernez d'Amy Winehouse ce tambourin de Serge Pey   ce truc en marbre de Maïakovski ce cardiaque de Boulgakov ce...

Publié le 15/08/2015 dans Peau de... par GregDamon | Lire la suite...

La carte postale du jour ...

Un vision, celle d'Yvo Watts-Russel, encore influencé par Joy Division, Pil et Wire, un label - 4ad -, une esthétique du son et de l'image qui, bien sûr, balbutie encore, mais qui n'en est pas moins présente, preuve en est avec ce quarante cinq tours des danois Sort Sol dont le texte quoique trop sobre et répétitif reste largement contrebalancé par un son digne des meilleures productions...

Publié le 13/02/2014 dans Manoeuvres... par la bouche plein de terre | Lire la suite...

Sevrage

      – Profession ? – Poète, répondit Ivan, sans savoir pourquoi, à contrecœur. L’inconnu parut navré. – Ah ! Je n’ai vraiment pas de chance ! s’écria-t-il, mais il se reprit aussitôt, s’excusa, et demanda : Et quel est votre nom ? – Biezdomny. – Hé ! hé ! ricana l’autre avec une grimace....

Publié le 08/09/2012 dans Theatrum Mundi par Pascal ADAM | Lire la suite...

A propos de précieuses ridicules...

              Ce moyen, connu de toute éternité des dramaturges, consiste pour l’auteur qui y est contraint à mutiler son texte. Moyen extrême ! Ainsi font les lézards qui, pris par la queue, s’en séparent pour prendre le large. Parce que tout lézard sait très bien qu’il vaut mieux vivre sans queue que ne...

Publié le 20/04/2011 dans Theatrum Mundi par Pascal ADAM | Lire la suite...

Page : 1