Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : jean giono

Tags relatifs

Dernières notes

Vient de paraître / Ma contribution au numéro Jean Giono de la revue Instinct nomade

Le dixième numéro de la revue littéraire Instinct nomade créée et dirigée par mon ami et éditeur Bernard Deson, à laquelle je collabore, vient de paraître. J'y participe avec un article, Lire Giono aujourd'hui (p. 225 à 229).   Présentation de l'éditeur   Il est disponible depuis aujourd'hui chez l'éditeur et il le sera dans une trentaine de...

Publié le 12/04/2022 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Vient de paraître / Revue Instinct nomade n°10 : Jean Giono

Le dixième numéro de la revue littéraire Instinct nomade créée et dirigée par mon ami et éditeur Bernard Deson, à laquelle je collabore, vient de paraître. J'y participe avec un article, Lire Giono aujourd'hui (p.225).   Présentation de l'éditeur   Il est disponible depuis aujourd'hui chez l'éditeur et il le sera dans une trentaine de librairies sous peu....

Publié le 01/04/2022 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Carnet / Des temps troubles et du Voyage en Italie.

« En ces temps troublés » , suis-je tenté d’écrire en introduction à cette page de carnet mais il me semble plus exact de corriger tout de suite : « En ces temps troubles » .   Qualifier l’époque de « troublée » peut laisser croire que le malaise ne vient que de l’extérieur, qu’il s’agisse des événements (pandémie, tension internationale) et de l’action de nos gouvernants, or...

Publié le 11/03/2022 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Les jours sont ronds

«Les jours commencent et finissent dans une heure trouble de la nuit. Ils n’ont pas la forme longue, cette forme des choses qui vont vers des buts : la flèche, la route, la course de l’homme. Ils ont la forme ronde, cette forme des choses  éternelles et statiques : le soleil, le monde, Dieu. La civilisation a voulu nous persuader que nous allons vers quelque chose,...

Publié le 05/02/2022 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Quentin Dallorme : « Ramer est un fantastique moyen de trancher l’eau comme l’angoisse. »

  « Le cœur sur l’eau », premier roman de Quentin Dallorme, c’est celui du jeune Hugo, à un âge où les aspirations individuelles se bousculent à des désirs inconnus, où le besoin de reconnaissance et de chaleur se heurte aux affres de la solitude, des amitiés courbes et des incompréhensions familiales. Tiraillé entre la terre et le ciel, l’auteur ancre la vie de son personnage dans...

Publié le 12/07/2021 dans Ma Pause Café par MaPausecafé | Lire la suite...

JEAN GIONO

      Un poème de Gerrit Achterberg (1905-1962)   Gerrit Achterberg à l ’ âge de 19 ans        Jean Giono     Quand je lis Jean Giono, la vie s’arroge une nouvelle place en moi, mon corps s’emplit de véloces poissons ; sans avoir à décider de rien, me voici tout entier...

Publié le 24/01/2021 dans flandres-hol... par daniel cunin | Lire la suite...

Que ma joie demeure de Jean Giono, par Gregory Mion

Crédits photographiques : Lori Grace Bailey ( The Guardian ). Un roi sans divertissement . Le hussard sur le toit . «Vous savez ce que je veux dire par temps présents. Il y a environ cinquante ans qu’on a commencé à se servir de la technique industrielle. C’était le début de la passion géante pour l’argent.» Jean Giono, Lettre aux paysans sur la pauvreté et la...

Publié le 28/12/2020 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Cela se voit

« Si vous êtes généreux ou cruel, courageux ou lâche, cela se voit dans le style, quelle que soit l’histoire que vous racontez et quel que soit le soin que vous prenez à vous masquer. » Jean Giono Photo : Sergio Sberna

Publié le 07/08/2020 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

ANGELO

Angelo est une drôle de chose : 140 pages, tout juste un petit roman, et qui, après avoir commencé par une fuite à cheval du personnage, s’achève sur une esquive, ou plutôt sur un départ. Que se passe-t-il entre le début et cette « fin » ? Angelo, après avoir franchi acrobatiquement la frontière française (ah, le « prestige des jambes » d'Angelo lorsqu'il fait sauter son cheval Boïardo...

Publié le 29/07/2020 dans ALEXIPHARMAQ... par fredlautre | Lire la suite...

L'IRIS DE SUSE, FORCÉMENT 3

Qui est « L’Absente » ?   L’iris de Suse, cette fleur qui n’est pas une fleur mais un os improbable dans le squelette d’un improbable rongeur ("rat d'Amérique"), n’est pas la seule énigme que pose ce grand [le dernier] livre de Jean Giono. Les commentateurs se disputent aussi au sujet du personnage de « l’Absente » et de sa "signification" profonde dans l’ordonnancement du roman. Je...

Publié le 18/06/2020 dans ALEXIPHARMAQ... par fredlautre | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 6 Suivant