Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : antoine wauters

Tags relatifs

Dernières notes

Le RÊVE selon Ben ARES & Antoine WAUTERS

Alexandre MIJATOVIC, St Pierre sur Erve, 2019   Le rêve, pierre où coucher, pierre des seize herbes hautes et des sifflets sans bruit. Un galet où dormir, être et oublier d'être. Reposer sous la palme. Une chose fort simple ne pesant rien : l'air sifflant dans ma bouche où dort un oiseau rouge.   Ben ARES & Antoine WAUTERS , Ali si on veut, Cheyne, 2010  ...

Publié il y a 16 jours dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Ali si on veut de Ben Arès et Antoine Wauters

Je ne suis pas sans savoir qu'une journée sera consacrée à Antoine Wauters en cet auguste nouveau mois belge - le 9, pour les curieux de ce rendez-vous qui promet - mais j'ai tout de même décidé de prendre un peu d'avance et d'ouvrir le bal avec lui - entre autres - aujourd'hui.  Ali si on veut , paru en 2010 chez Cheyne, est coécrit avec Ben Arès - également poète et également...

Publié le 01/04/2019 dans La petite... par Estrella Oscura | Lire la suite...

Antoine Wauters, « Pense aux pierres sous tes pas »

DR   «  […] à l’insu de Paps et Mams, une drôle de langue poussait en nous, en réaction à leur langue à eux, qui rétrécissait tout : “S’aimer trop fort abrège la vie, dessèche le corps, réduit le cerveau, détruit les yeux.” ; « la recherche du plaisir est un pêché mortel” ; “Travaille, idiote !” ; “Plus vite, allez !” Ravis par elle,...

Publié le 23/08/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Antoine Wauters, « Sylvia »

  « Écrire dis-tu, mais à mi-mots, tout bas, pour qu’entre nous quelque chose soit, quelque chose reste qui, lui, ne mourra pas. Un lien. Une mémoire. Fragile. Et chaque mot que j’écris veut ça : que ce qui s’achemine et court ou même fi le en droite ligne jusqu’à l’évanescence, ne s’efface tout à fait et reste, même gommé, blanchi ou légèrement jauni, à...

Publié le 30/10/2014 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Page : 1