Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : poétique urbaine

Tags relatifs

Dernières notes

Noailles ordinaire

Une odeur de nourriture flotte dans l'air. Un parfum de salsa. Un curieux cocktail de sauce tomate et de persillade où se mêlent les effluves marins et la puanteur des poubelles. Il y a une musique de jazz à la radio. Quelques hommes en lunettes noires. C'est une matinée ensoleillée. Dans sa cuisine, une femme récure des casseroles en regardant le monde défiler sous ses fenêtres. Des...

Publié le 14/09/2015 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Un peu de fièvre

Toutes sortes de choses Toutes sortes de sons Mégots de cigarettes Poubelles défoncées Saleté dévastatrice Moiteur provocante Univers égocentrique Lèvres rouges Devantures de magasins Boulangeries Galeries de visages Piliers de bars La force qu'il faut pour Vivre une vie privée Sous le bruit et dans Le fracas du monde

Publié le 12/05/2015 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Passage piétons

Rires étouffés. éclats de voix à la dérive. les nuages ne bougent pas. une immobilité dans l'air, dans la lumière crépusculaire. tout le monde dehors à déambuler, ou assis sur des bancs dans la pénombre. les gens vont et viennent. des images qui bougent. des personnages qui surgissent d'un creux dans le trottoir, d'un renfoncement, d'une fente. Cris d'oiseaux. magnifiques oiseaux qui...

Publié le 03/03/2015 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

La casse

Une femme conduisant un enfant dans une poussette marche vite. Un mini-bus tagué de bleu stationne derrière un taxi. Des gens promènent leur chien. Il y a des coureurs et des cyclistes. L'air est tassé et compact. Un homme allume une cigarette. Il inhale profondément la fumée. Puis, il fait quelques pas sur le trottoir. Des clochards se traînent en demandant de la monnaie. L'homme leur...

Publié le 01/12/2013 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Avenue des Chartreux

Publié le 12/07/2013 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Ayku rue d'Aubagne

Ayku est de retour !

Publié le 07/07/2013 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Les vagues de Virginia Woolf

Sur les balcons, des herbes qui tremblent, du linge qui pend, des antennes paraboliques. Un chien qui tourne en rond. Une jeune fille qui se coiffe à sa fenêtre dans une attitude d'amphore. Une petite vieille qui remonte un store. Elle disparaît à l'intérieur de chez elle. J'aperçois les rideaux au crochet, un bout de meuble, un tableau au mur, le lustre. Ensuite un mur, puis des immeubles....

Publié le 14/05/2012 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Passages urbains

Il était une fois, devant un bar de quartier, quatre africains, chacun suivi de sa boutique, un cinquième qui dort au milieu de ses colliers et lunettes de soleil, un homme obèse qui boit de la bière à la bouteille, un clochard qui marche tenant dans sa main droite un sachet qui contient toute sa maison, et dans sa main gauche sa garde-robe, une famille qui passe devant lui à toute allure,...

Publié le 19/09/2011 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

L'auto rouge

Plusieurs voitures passent dans la rue. Des gens à pied défilent sur les trottoirs, l'air pressé. Le vent leur soulève les cheveux. Un peu plus tard, la pluie s'abat en courtes rafales, d'énormes gouttes crachantes et ondoyantes giflent le bitume avec un bruit soyeux. La rue est noire, luisante. Les caniveaux débordent. C'est la fin du mois de mars. Les arbres sont verts. Les voitures...

Publié le 27/03/2011 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Cool mémories

Titubant devant la caméra et dessinant par ses gestes un espace vertigineux, il livre avec frénésie son corps insaisissable. Ce qu'il veut dire, c'est que tout découle directement de ces années durant lesquelles il s'est tout envoyé, de la cocaïne au whisky, de l'herbe à la bière, du LSD aux amphétamines, et toute une autre pharmacopée entre temps aussi. Ce qu'il jette sur le papier, c'est...

Publié le 20/01/2011 dans Plaques-sens... par Antonella FIORI | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant

Tags les plus populaires