Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : jean lorrain

Tags relatifs

Dernières notes

Décadences

Photographie (détail) de Juan Asensio. À rebours de Joris-Karl Huysmans (1884). Dr Jekyll et Mr Hyde de Robert Louis Stevenson (1885). Le Désespéré de Léon Bloy (1887). Sous l’œil des Barbares de Maurice Barrès (1888). Le Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde (1890). Les trois imposteurs d'Arthur Machen (1895). Monsieur...

Publié il y a 14 jours dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Monsieur de Phocas de Jean Lorrain

Photographie (détail) de Juan Asensio. Acheter Monsieur de Phocas sur Amazon (attention, il ne s'agit pas de l'édition que j'ai utilisée, et je ne sais rien par ailleurs de celle qui est proposée à la vente) . Ce n'est pas tant dans la description des vices, finalement moins frontalement évoqués que suggérés (et même, petite ruse narrative, caviardés par celui auquel le...

Publié il y a 15 jours dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

ROMANCIERS FRANÇAIS 1848-1914 : SÉLECTION D’APHORISMES

            J’ai entrepris de rassembler les meilleurs aphorismes des romanciers français du XXe siècle. Mais j’aboutissais à une page tellement pléthorique que je l’ai scindée en quatre parties. Voici la première, qui couvre toute la seconde partie du long XIXe siècle allant jusqu’à 1914. De la sorte, cette page prend la suite directe de...

Publié le 14/04/2017 dans Dernière gerbe par Le déclinologue | Lire la suite...

MITROPHANE CRAPOUSSIN

Février 1889, la rédaction du Décadent est en liesse, Mitrophane Crapoussin , le maître « admirabonde », ni contrit ni butor, est devenu contributor : Toi, la Pudibonde, sans nulle Macule, j’ouvre la lunule Des Ostensoirs où tu splendis ! Versification damasquinée sans pareille, ciselures de stylisticien virtuose. On le retrouve encore dans deux livraisons de la...

Publié le 15/04/2015 dans WESTERN... par Flingobis | Lire la suite...

Jean Lorrain : Monsieur de Phocas

Jean Lorrain est né à Fécamp le 9 août 1855 (Martin Paul Alexandre Duval de son vrai nom) et décède à Paris le 30 juin 1906. Il fait partie de ces écrivains décadents à cette époque charnière entre deux siècles, comme Villiers de l’Isle-Adam, Verlaine « Je suis l’Empire à la fin de la décadence » et surtout Huysmans dont le héros d’un de ses romans Des Esseintes dans A rebours...

Publié le 15/10/2012 dans Le Bouquineur par Le Bouquineur | Lire la suite...

Jean Lorrain : Monsieur de Phocas

Jean Lorrain est né à Fécamp le 9 août 1855 (Martin Paul Alexandre Duval de son vrai nom) et décède à Paris le 30 juin 1906. Il fait partie de ces écrivains décadents à cette époque charnière entre deux siècles, comme Villiers de l'Isle-Adam, Verlaine « Je suis l'Empire à la fin de la décadence » et surtout Huysmans dont le héros d'un de ses romans Des Esseintes dans A rebours...

Publié le 25/05/2010 dans Corboland78 par Le Corbeau 78 | Lire la suite...

Fatalement vôtre

« Le jour commençait à poindre. Les persiennes lamellées de lumière striaient déjà de barres grisâtres le noir opaque des croisées ; dans le lointain, sur le plateau des fermes, un coq chanta ; un froid subit me tomba sur les épaules, le froid du matin ou de cette longue nuit blanche. Je m'aperçus alors qu'Armand était très pâle ; j'eus pitié de sa pâleur et, malgré ma curiosité...

Publié le 14/06/2007 dans Les voiles... par S. | Lire la suite...

Une évocation de Lorrain

«   Le fils du roi de l'Inde...   J’irai en voir la fille ce soir, la fille du roi de l’inde , car est-elle assez Hindoue, assez femme de l’Extrême-Orient et mystérieuse comme une idole de l’Asie avec ses immenses yeux noirs, la pâleur adente de sa face et le charme léthargique de ses gestes, cette belle Alice Aubray qui présente en ce moment, aux Folies, chiens,...

Publié le 10/05/2006 dans Les voiles... par S. | Lire la suite...

« La chasteté du Mal

... est dans mes yeux limpides » Ouvrant au hasard Monsieur de Phocas de Jean Lorrain pour y retrouver ces passages récurrents et dansants que je vous livrerai bientôt et où je me souvenais avoir vu briller les yeux d'une Salomé, j'ai été saisie par ces vers des "Oraisons mauvaises" de Rémy de Gourmont qui effleurent en sacrilège sur les lèvres du narrateur: Que tes yeux soient...

Publié le 18/04/2005 dans Les voiles... par S. | Lire la suite...

Page : 1