Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : fenêtres dormantes et porte sur le toit

Tags relatifs

Dernières notes

Rendez-vous poétique avec René Char et Zao Wou-Ki

A la fin des années 70, René Char rédige les poèmes en prose d' Effilage du sac de jute qui intégreront le recueil Fenêtres dormantes et porte sur le toit paru en 1979. A cette époque, il entretient depuis plusieurs années une amitié avec le peintre Zao Wou-Ki. Le 8 avril 1980, ainsi qu'en atteste la correspondance en fin d'ouvrage, René Char propose à Zao Wou-Ki d'enluminer...

Publié il y a 10 jours dans La petite... par Estrella Oscura | Lire la suite...

René Char, Fenêtres dormantes et porte sur le toit

                                                                 Tous partis !      On ne partage pas ses gouffres avec autrui, seulement ses chaises.      La plupart des hommes...

Publié le 05/08/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

René Char, Fenêtres dormantes et porte sur le toit

               Venelles dans l'année 1978      Nous nous avançons devant la haie d'une double réalité : la première est la plus coûteuse (la vie continuellement allumée et qui monte jusqu'à la fleur), la seconde est supposée nulle puisqu'elle n'a pouvoir que de lentement nous déshabiller et de nous réduire en poudre. L'avantage...

Publié le 05/11/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

René Char, Fenêtres dormantes et porte sur le toit

                  Légèreté de la terre   Le repos, la planche de vivre ? Nous tombons. Je vous écris en cours de chute. C'est ainsi que j'éprouve l'état d'être au monde. L'homme se défait aussi sûrement qu'il fut jadis composé. La roue du destin tourne à l'envers et ses dents nous déchiquettent. Nous prendrons feu bientôt du...

Publié le 18/10/2012 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1