Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : alexis zorba

Tags relatifs

Dernières notes

Alexis Zorba de Nikos Kazantzakis, par Gregory Mion

Crédits photographiques : Neil Hall (EPA). «En attendant, il se laissait aller, se reposait, se reconstituait après sa longue traversée de l’océan du savoir.» Jack London, Martin Eden . «Je ne suis vraiment libre que lorsque tous les êtres humains qui m’entourent, hommes et femmes, sont également libres.» Mikhaïl Bakounine, Dieu et l’État . Avec l’inoubliable Alexis Zorba...

Publié il y a 9 jours dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Alexis Zorba

Titre : Alexis Zorba Auteur : Nikos Kazantzakis Editions Plon, collection Pocket (tirage 2011) Date de parution originale : 1946 Traduit du grec par Yvonne Gauthier, avec la collaboration de Gisèle prassinos et Pierre Fridas Dédicace : A mon ami Jean Herbert 348 pages Acheté chez Gibert, boulevard Saint-Michel, par Edith, le 26 janvier 2012. Première phrase : "Je le rencontrai pour la...

Publié le 17/02/2012 dans Une... par Note | Lire la suite...

En Grèce, le miracle est la fleur inévitable de la nécessité

"Mer, douceur automnale, îles baignées de lumière, voile diaphane de petite pluie fine qui couvrait l’immortelle nudité de la Grèce. Heureux, pensais-je l’homme à qui il est donné, avant de mourir, de naviguer dans la mer égéenne. Nombreuses sont les joies de ce monde – les femmes, les fruits, les idées. Mais fendre cette mer-là, par un tendre automne, en murmurant le nom de chaque île, je...

Publié le 27/10/2008 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Qu'est-ce que c'est encore que cette eau rouge

"Qu'est-ce que c'est encore que cette eau rouge, patron, dis-moi ! Une vieille souche pousse des rameaux, il y a des espèces d'ornements acides qui pendent, et le temps passe, le soleil les mûrit, ils deviennent doux comme du miel et alors on les appelle raisins ; on les foule, on retire le jus qu'on met dans des tonneaux, il fermente tout seul, on le découvre à la fête de...

Publié le 20/07/2007 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Page : 1