Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : james joyce

Tags relatifs

Dernières notes

James Joyce, Brouillons d'un baiser, traduction Marie Darrieussecq

                                                             [Portrait d'Iseult]      Côté prudence, elle laissait toujours la clé de son armoire dans la...

Publié il y a 2 jours dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

James Joyce, Brouillons d'un baiser, traduction de Marie Darrieussecq

                                                                                [ Tristan & Iseult ]     ...

Publié il y a 10 jours dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Télémaque (28)

source :  http://ulyssesseen.com Ici encore, on ne saurait expliquer ce qui se passe dans notre BD sans appauvrir ce que la BD montre elle-même dans cette planche. Stephen est rattrapé par son "cerveau en pleine rumination" (autre exemple du Principe d'Oncle Charles, puisque le mot "brooding" signifie "sombre, cafardeux", ce qui provient apparemment du narrateur, et...

Publié le 28/09/2014 dans Ulysse en... par Pascal Champavert | Lire la suite...

Télémaque (27)

source :  http://ulyssesseen.com Le "flashback" continue. Stephen pense à sa mère, à la chambre de celle-ci et aux objets qu'il identifie à elle, aux souvenirs qui étaient les siens, aux choses qu'elle lui avait racontées sur son enfance. Souvenez-vous du contexte : Mulligan veut employer l'argent, la finesse d'esprit et les idées de Stephen à son profit. Ceci...

Publié le 21/09/2014 dans Ulysse en... par Pascal Champavert | Lire la suite...

James Joyce, Poèmes, Chamber Music, traduction Jacques Borel

                Viens légère ou légère pars :    Bien que ton cœur te fasse voir Chagrins, vallons, soleils noyés,    Que ton rire, Oréade, danse Jusqu’à ce que l’air des sommets Rebrousse avec irrévérence Ta chevelure déployée   Sois légère et toujours ailée :    Les nues qui...

Publié le 06/09/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Télémaque (26)

source :  http://ulyssesseen.com Nous suivons Stephen en "flashback" dans une scène qui s'est déroulée juste avant la mort de sa mère. J'aime comme nous passons dramatiquement de la lumineuse vastitude de la tour et de la mer - qui, comme le dit Mulligan, pardonne toutes les offenses - au sombre confinement de la maison familiale de Stephen. Représenté ainsi, ce passage...

Publié le 23/08/2014 dans Ulysse en... par Pascal Champavert | Lire la suite...

Télémaque (25)

source :  http://ulyssesseen.com Quelques planches plus haut, Stephen contemplait la baie de Dublin et pensait à l'épisode de sa mère sur son lit de mort, associant la vue de la mer avec la bile qu'elle avait expectorée dans un bol blanc. Image rémanente d'un " bol d'eaux amères". Ce nuage masquant le soleil réapparaîtra quelques chapitres plus loin, quand Leopold Blum le...

Publié le 08/08/2014 dans Ulysse en... par Pascal Champavert | Lire la suite...

Télémaque (24)

source : http://ulyssesseen.com Dans les trois images du haut, Stephen contemple la mer, pendant que Mulligan descend les escaliers en récitant un poème de Yeats. Dans les deux vignettes inférieures, une voix - probablement à l'intérieur de la tête de Stephen - fait un mélange du poème et de sa vision de la mer. C'est un autre exemple du "Principe d'Oncle Charles" (NDT : cf....

Publié le 26/07/2014 dans Ulysse en... par Pascal Champavert | Lire la suite...

James Joyce, Finnegans Wake, traduction Philippe Lavergne

                     [...]    Mais qui vient par ici avec ce feu au bout d'une perche ? Celui qui rallume notre maigre torche, la lune. Apporte les ramours d'olive sur la boue des maisons et la paix aux tentes de Cèdre, Néomène ! Le banquet du tabernacle s'aproche. Shop-shup. Inisfail ! Tinckle Bell, Temple Bell ;...

Publié le 22/06/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Télémaque (23)

source : http://ulyssesseen.com Mulligan a fini de se raser, et a perdu sa joute verbale avec Stephen, alors il redescend à l'étage inférieur. En disant à Stephen de "lâcher [ses] tristes méditations", il lui remémore un souvenir des derniers jours de sa mère. Au lieu de prier avec elle, à l'article de la mort, Stephen avait récité le poème de Yeats "Who goes with Fergus" . ...

Publié le 17/05/2014 dans Ulysse en... par Pascal Champavert | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant