Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : baltasar gracian

Tags relatifs

Dernières notes

Temps

"Cherche en toutes choses à mettre le temps de ton côté" Baltasar Gracian Photo de Mario de Biasi, Napoli

Publié il y a 19 jours dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Perfection

« À toute perfection il y a un si ou un mais » Baltasar Gracián Photo : Bob Landry, 1945

Publié le 18/08/2017 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Brièveté

" La brièveté est flatteuse et plus avantageuse dans le commerce du monde ; elle gagne par sa politesse ce qu'elle perd par sa petitesse. Entre deux mots, il faut choisir le moindre ; et les maux et les sons, s'ils sont brefs, ne sont qu'un moindre mal. La quintessence est plus efficace que les farragos. " Baltazar Gracian Photo de Claude Nori

Publié le 16/04/2017 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

”Le Héros” de Baltasar Gracian

« LE HÉROS », de Baltasar GRACIÁN Traduit de l’espagnol, préfacé et annoté par Catherine VASSEUR Par Pierre Marcowich Ex: http://www.oswald-spengler-le-retour.net/ Écrit vers 1636 par un jésuite espagnol, Baltasar GRACIÁN, l’ouvrage «  LE HÉROS  » (1), petit opuscule de 104 pages, nous enseigne comment devenir un personnage hors du commun, non pas en...

Publié le 22/04/2015 dans VOULOIR par Europa Patria Nostra | Lire la suite...

Bref

"Ce qui s'énonce bien s'énonce brièvement" Baltasar Gracian

Publié le 08/08/2014 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Baltasar Gracian

" Les avantages de la dissimulation sont trois. Le premier est d'endormir ceux qui s'opposeraient à nos intentions, dès qu'elles sont rendues publiques. Le deuxième de nous réserver, à chaque occurrence, une belle retraite : laquelle nous serait interdite, si nous nous étions engagés par quelque déclaration manifeste ; dans ce cas, il nous conviendrait ou d'aller de l'avant, ou de...

Publié le 03/06/2013 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Baltasar !

" Le JE NE SAIS QUOI, qui est l'âme de toutes les bonnes qualités, qui orne les actions, qui embellit les paroles, qui répand un charme inévitable sur tout ce qui vient de lui est au-dessus de nos pensées et de nos expressions ; personne ne l'a encore compris, et apparemment personne ne le comprendra jamais. Il est le lustre même du brillant, qui ne frappe point sans lui ; il est l'agrément...

Publié le 28/09/2012 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

La briéveté

" La brièveté est flatteuse et plus avantageuse dans le commerce du monde ; elle gagne par sa politesse ce qu'elle perd par sa petitesse. Entre deux mots, il faut choisir le moindre ; et les maux et les sons, s'ils sont brefs, ne sont qu'un moindre mal. La quintessence est plus efficace que les farragos. " Baltazar Gracian

Publié le 28/05/2012 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Paroles d'un fauteur de troubles

"Croix de ses supérieurs et fauteur de troubles", c'est ainsi que le supérieur général des jésuites qualifia Baltasar Gracian pour avoir publié ses livres sans l'aval de sa hiérarchie. Il en fut d'ailleurs sanctionné. Que trouvait-on dans ses livres ? cette phrase par exemple qui pourrait concourir avec la définition de la compétence par Pierre Villepreux placée en exergue de ce blog :...

Publié le 12/02/2009 dans WILLEMS... par Jean-Pierre WILLEMS | Lire la suite...

Toute humeur est tumeur

«  Toute humeur est tumeur. Il y a des gens qui transforment tout en guérilla. Ils sont dangereux, chefs ou ministres, ils font du gouvernement une faction. Ils ont le sens faussé et le cœur gâté. Le seul moyen de gagner avec eux, c’est de les fuir aux antipodes. » Baltasar Gracian  A lire et relire ici  Photo : Gildas Pasquet 

Publié le 12/02/2008 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Page : 1